Tous les articles par Eric V

Membre actif depuis près de 18 ans , 8 années au comité . après quelques années de courses sur bitume avec plusieurs marathons , je me suis tourné rapidement vers les courses natures , beaucoup moins traumatisantes ... puis les trails sont arrivés avec un autre état d'esprit et énormément de plaisir , loin du "chrono".... juste le plaisir de terminer en franchissant la ligne avec un immense bonheur Toujours plus loin ... toujours plus haut ... j'ai fini par pousser la porte de l'ultra ..... Trail ! me contacter : ericgfm@free.fr

THK + UTHK 2019

Courir cet  Ultra trail du Haut Koenisgbourg c’est passer par l’un des monuments historiques les plus visités de France, ainsi que le massif du Taennchel avec ses rochers mystiques, les trois châteaux de Ribeauvillé, le Château de Reichenberg, le sentier du vallon des moulins, la roche des fées..

 » Cette année ce  fût  difficile pour les  276 ultra-traileurs du 109km qui sont  partis le samedi a  21 h  et souffert de la chaleur sur le début du parcours, certains se sont fait surprendre par les montées du centre Alsace, ce qui a occasionné 30% d’abandons.  »

Paroles d’organisateur Uthk.

Eric a participé a cet Ultra « étouffant » et nous raconte son « aventure » :

Partir d’entrée dans la nuit est une expérience nouvelle pour moi et vraiment pas facile …  le corps ne comprends pas , et cette température élevée  , sans  vent  , deviens vite une atmosphère étouffante et complique le choses , conséquences : les jambes sont lourdes dés le départ  et  la je me dis que la nuit sera longue et durera 9 heures dans le noir ….un p’tit orage vers  1 heure du mat n’a pas suffis  a rafraîchir l’atmosphère  mais au moins a illuminé de ses éclairs cette nuit noire ….les  km , le temps passe , l’idée d’abandonner aussi…  parfois seul , a part quelques chauves-souris pour m’accompagner  puis  la lumière du jour apparaît  mais sans paysages …. pas assez haut , trop de forets  , en plus ce n’est pas les Alpes non plus …les heures du dimanche se passe en bonne gestion   et je termine tout de même en 20 h et 12 mn et un 134 eme place et en assez bon état  .

Loin d’être le  plus beau Ultra trail a mon actif  , mais riche en expérience surtout avec cette nuit blanche passée dans le noir …

               

 

************************************************************************

La météo a été plus favorable pour les coureurs du dimanche pour les distances 13/25/56 km

ou une seule représentante CGFM   sur le 13 km  : Marine .

278 eme  (sur 538 arrivant ) en  01:30:28 !

Bravo , super Marine pour un retour de « trêve estivale « 

LA TDS …l’ autre défi de Fred !

 

Fred sur  les Traces des Ducs de Savoie !

                   Un sacré voyage !

Cette année le parcours a été rallongé de 23 km et de 1800 mètres en dénivelé positif ce qui donne au final :

une course de 145 km avec 9100 mètres positifs !!!   

 

( cliquer si vous n’avez pas peur…)

   description  du périple avec photos :

Le tracé emprunte des chemins historiques du duché de Savoie et peut être découpé en quatre blocs.
Le premier bloc de 51 km commence par des portions de l’UTMB mais à l’envers (col Checrouit, lac Combal). Au kilomètre 36 on passe le col du petit Saint Bernard pour passer la frontière franco-italienne et rejoindre Bourg Saint Maurice.

Lac Combal (Italie) ———————Col Checrouit (Italie)

     

Le deuxième bloc de 40km, sans doute le plus compliqué, commence par la montée au fort de Platte pour basculer au col de la Forclaz. On rejoint ensuite le Passeur de Pralognan qui nous fait passer dans le Beaufortin. Ensuite s’enchaînent les cols de la Sauce, le col de la Gittaz et enfin le Pas d’Outray qui permet de joindre Beaufort.

Fort de Platte————Passeur de Pralogan

  

 

Le troisième bloc permet de découvrir les paysages magnifiques du Beaufortin. Le Mont de Vorès et le col de Joly offrent des spectacles à couper le souffle. La fin de cette partie se situe aux contamines Montjoie où l’on revient sur le secteur de Chamonix.

Mont de Vorès—————–Col du Joly

   

 

Pont suspendu pour rejoindre Bellevue— Col du Tricot

   
Le quatrième bloc nous emmène au Chalets de Truc pour ensuite effectuer l’ascension du col du Tricot. Ensuite c’est une longue descente vers les Houches en passant par Bellevue. Il faut encore rallier Chamonix pour boucler le parcours.

Le récit de Fred :

Après la CCC en 2013 et l’UTMB en 2016 il était tout naturel, trois ans plus tard, de se retrouver au départ de la TDS. (même s’il a fallu marquer les points et attendre deux ans pour être tiré au sort)
Cela faisait plusieurs années que j’avais cette course en tête mais je ne me sentais pas à la hauteur pour y faire face car elle était réputée sauvage et très technique.
En 2014 à une terrasse de Chamonix, je me souviens très bien d’avoir trinqué avec Mathieu Clar triomphant de la TDS. Il était aux anges et mon admiration était totale. La belle veste finisher qu’il portait me paraissait difficilement accessible.
Mercredi dernier à 4h du matin sur la ligne de départ à Courmayeur, c’était à mon tour de partir sur les sentiers de la TDS (version plus musclé qu’en 2018 avec 145 km et 9100m de dénivelé).
Cette TDS a sans doute été un des plus beaux moments d’ultra depuis que j’ai démarré en 2010.
La première chose qui me vient à l’esprit est le partage. Même si l’épreuve est individuelle, les liens avec les autres coureurs, les bénévoles et Sylvain Jocquel mon assistant de luxe ont été très forts. Durant ces quarante heures, on a vécu ensemble une expérience humaine incroyable qui restera inoubliable.
Seul l’ultra permet de vivre cela car l’ascenseur émotionnel monte très haut mais peut aussi descendre très vite. En effet du kilomètre 51 au kilomètre 91, il a fallu serrer les dents pour tenir dans les montées interminables et les descentes très cassantes. Malgré les difficultés, il a fallu garder du rythme car les barrières horaires ne sont pas très larges.
A Beaufort, je n’en menai pas large. J’avais puisé très loin dans mes ressources. Etant au fond du trou (moral bas et plus de jus), j’avais envie de rendre les armes. En fait, j’avais besoin de recharger les batteries en mangeant et en dormant un peu. Plutôt que de dormir, je suis allé me faire masser. J’ai dit au kiné que j’étais sur le point d’arrêter et sa réponse a été instantanée « Avec de telles jambes vous allez repartir ! ». Il suffit parfois de peu pour que le moral remonte et après quelques mots d’encouragements prodigués par ce kiné et Sylvain, je suis prêt à repartir et à aller au bout.
A partir du kilomètre 91, l’aventure est devenue quasi parfaite. Le seul bémol a été l’apparition d’une tendinite au tibia droit qui s’est amplifiée au fil des kilomètres.
Malgré ce pépin physique, le moral au plus haut et la météo parfaite, m’ont fait oublier la douleur.
La journée du jeudi fût donc l’occasion d’apprécier les paysages sauvages, tout cela partagé avec un compagnon de route (Romain,

un sacré baroudeur de 29 ans originaire d’Annecy) et Sylvain, toujours à mes petits soins aux ravitaillements.

L’arrivée dans Chamonix vers 21h a été exceptionnelle. Il y avait un monde fou pour nous ovationner J’en étais presque gêné. Est-ce que je mérite toutes ces acclamations ?
Les frissons envahissent tout mon corps et les larmes arrivent. Je pleure de bonheur, de joie, je me sens heureux comme jamais.
Je franchis la ligne avec Romain et Sylvain. Nous sommes presque enlacés pour partager encore un peu ces énormes émotions.
Je suis finisher TDS. Je ne réalise pas ce que l’on a fait. C’est un rêve qui se réalise.
A l’heure où j’écris ces lignes, je ne suis pas encore redescendu de mon nuage.

Cette nouvelle TDS est compliquée mais elle offre des paysages grandioses et sauvages qui vous permettent de vivre une extraordinaire aventure humaine.

********    934ème en 40h44’ ********

un récit « impressionnant » d’humanité , de ressenti de l’effort accompli  , un récit a la juste valeur de l’exploit .

UN ÉNORME BRAVO A TOI FRED

ET RESPECT .   

 

et merci  aussi de nous faire partager ces  magnifiques  photos que l’on ne trouve nulle part ailleurs que la haut….

 

courses dans les Cevennes…..

                         un seul représentant pour 2 courses ! 

 André Vedel  qui a accompli a une semaine d’intervalle  un 10 km  puis un 15 km !

le 10 km ( 10 Août ) :

Une course nature de 10Km dans un cadre aimé celui des Cévennes  sur les traces de Stevenson ( Robert Louis ), l’auteur de : L’Ile au trésor, L’Etrange cas du Dr. Jekyll et de Mr.Hyde, le Maître de Ballantrae et … voyage avec un âne dans les Cévennes !

soit le GR 70 !, une ambiance festive, une animation permanente.

Résultat de recherche d'images pour "photographies stevenson saint flour de mercoire"

Aucun loup ni même un ours égaré sur le tracé vallonné  malgré les avertissements ironiques des organisateurs mais  de beaux paysages exemple la photo…

GR70 Stevenson Haute-Loire

 

 

 

 

 

 

 

Etre le seul  représentant du GFM  m’a valu quelques remarques de la part du speaker de l’épreuve, René, puisque pas de maillot distinctif …j’ai donc couru sous les couleurs vertes du club AATAC ( Alès, Agglo, Terre d’athlétisme, Cévennes  soit Aatac )!

 resultat 1h07’37 soit 60/67 participants,

 (quelques belles pointures qui viennent s’entraîner du côté de Langogne pour   des échéances nationales . )

——————————————————————————-

une semaine plus tard… le 15 km (18 août ):

Le Pompidou pour la Boucle de la châtaigne soit 15 km  » un peu spécial en ce sens que la descente précède la montée, ce qui n’est pas courant en Lozère, mais en fin de compte peu étonnant puisque le Pompidou se situe sur un point haut entre deux vallées. On notera également que la course se déroule dans sa totalité sur le bitume, ce qui là aussi est exceptionnel dans la région. » ( extrait de asphalte 94 ) soit ça descend fort pendant 4 km environ puis il faut remonter vers Le Pompidou ( 48 ), selon la météo, la température l’épreuve  prend une autre dimension ! C’est une belle course dans le parc national des Cévennes, l’essentiel : la beauté des terres cévenoles !
 texte / photos : André Vedel .
 Bravo a André pour ses 2 « aventures » et de nous faire connaitre de nouvelles regions de France…. 
un peu perdues…  mais magnifiques !!! 

30 ans de la 6000 D « la course des géants »

               

Dimanche 28 juillet 2019 se déroulait la trentième édition de la 6000D aussi appelée « course des géants ».

Eric et Frédéric avaient retenu cette date depuis bien longtemps pour relever une nouvelle fois ce défi.

 Fred’Eric
Le parcours de 65 km propose la montée directe au glacier de Bellecôte (3047m) en partant de Aime (673m) en passant par les différentes stations d’altitude.Une fois le glacier franchi, il s’agit ensuite de rejoindre Aime en effectuant une longue descente de  plus de 20 km.

Départ 5 h du mat pour cette 6000D qui  restera dans les annales car la météo a rendu les choses très compliquées au-dessus de 2000m. La pluie, le vent glacial et le froid ont rendu l’ascension du glacier très périlleuse.

il ne pleut pas lors du depart ! c’est déjà ça …mais la pluie est annoncée pour une grande partie de la course  il fallait prevoir l’équipement en conséquence . Les 2 premières heures se passent  relativement au sec  mais dans le brouillard puis la pluie annoncée est venue ….

Les coureurs étaient à la limite de l’hypothermie au sommet et il a fallu beaucoup de courage pour poursuivre la course .

Heureusement les spectateurs étaient au rendez-vous et malgré le temps de chien le public a encouragé les coureurs tout au long du parcours.

quelques mots de Fred :

Quelle journée ! C’est sans doute la plus difficile 6000D à laquelle j’ai participé . L’ascension du glacier nous a poussé dans nos limites. Je n’ai jamais eu autant froid sur une course avec la crainte de faire une hypothermie.

  encore plus haut…glacier de Bellecote 3047 m

Malgré ces moments de doute, j’avais les bonnes jambes et je garderai un excellent souvenir de cette journée.

L’autre satisfaction est d’avoir partagé cet événement avec Eric dont  j’ai été impressionné par l’état de fraîcheur à l’arrivée. L’expérience a parlé ! 

  le bonheur d’arriver en 10 h 02 mn …!

un p’tit resumé d’Eric :

Plagne Centre 1980 m  : j’en profite pour me changer et rajouter une couche supplémentaire avant de monter encore plus haut ou il fait de plus en plus froid ….et toujours dans le brouillard /pluie .

 

Roche de Mio 2685 m :  suis trempé … pluie / transpiration je ne sais plus trop  , il fait de plus en plus  froid  et je sais ce qui m’attends … une petite descente puis  une remontée au terrible glacier  de Bellecote a + de 3000 mètres d’altitude .

 ça commence a cailler …et bien trempé

ça y est … le glacier est devant moi et me défie … je le connais bien …mais pas dans ces conditions météo  , je le redoute car la pluie est toujours la et la température continue de baisser… mais  suis pas venu pour ne pas le franchir !!! Environ une heure de montée et une température au sommet de 2 / 3 degrés  , je ne sentais plus mes mains ….moi qui ai jamais froid aux mains … mais la avec l’humidité c’était trop  ! même pas pris le temps de prendre une  soupe chaude au sommet , j’étais gelé  , je ne pensais qu’a redescendre de la et retrouver quelques degrés de plus …

Il faut savoir serrer les dents dans ce passage difficile  au glacier cela fait partie du mental et sans mental a ce moment la  … on ne passe pas .

Meme si  je ne suis qu’a mi-course … le plus dur est derrière moi et Fred bien devant , malgré le col de l’Arpette a remonter  il me restait a bien gérer le retour jusqu’en plaine et finir en  ma 4 eme 6000D qui fut la plus dure édition tout comme Fred  !

 

arrivé en 10 h 48 mn avec le soleil !

pour  retrouver mon ami Fred pour une bonne bière !
la meilleure des récompenses !
    Enorme Bravo a tout les 2      sachant que sur les 1800 partants il y a eu pas moins de 400 abandons !  ( la plupart du coté du glacier…)
                                 ce fut également une excellente préparation pour la suite de nos 2 représentants Ultra Club Grand Fond Mulhouse :                                                                             Ultra en vue …
————————————————————————-

Rappel : reprise des entraînements au club avec accès  vestiaires demain mercredi 7 août 2019

(18 h 15 stade Pierre de Coubertin pour un départ 18 h 30 )

Marvejols – Mendes

 

Marvejols Mende est une course de 22,6km sur route avec 2 cols (environ 3km a 6,5% chacun) et en Lozère.
C’est une des rares courses ou des professionnels (kenyans et autres) se mêlent aux amateurs et avec une ambiance digne du tour de France.

  

 Tristan / Matthieu et André y ont participé  !

 

 

Presque 2000 participants au départ, avec Matthieu l’objectif est un top 1000 et améliorer nos chronos de l’année dernière (2h21 pour Matthieu et 2h24 pour moi).
Tristan .

 

Le départ est donné à 9h, ça se bouscule dans le premier km car les rues sont étroites, on prend le rythme de croisière jusqu’au pied du col de Goudard (ici commence l’enfer peut on lire au sol).

Matthieu me distance mais je garde un bon rythme jusqu’au sommet, je suis handicapé par mes bouteilles « ouverture facile » qui refusent de se refermer et se rependent sur mon short !

Au sommet je sais que je suis en avance sur mon chrono et je fais la descente sans me donner à fond (entre 4’20 et 4’40 au km) les premiers mètres sont abrupts (15%).
Au 14ème km j’aperçois Matthieu et je le rattrape au 16ème.
Nous sommes en avance sur l’objectif mais Matthieu est complètement cuit, un coup de chaud et une bonne fringale !

Je décide de l’accompagner jusqu’au sommet et dans le début de la descente vers Mende, on a beaucoup marché mais on tient à terminer la course.
Au 20ème km Matthieu m’autorise à le laisser et de pouvoir attaquer, j’accélère dans la descente vers Mende et regagne une bonne vingtaine de positions.
Le final est une dernière montée dans les rues de Mende, je poursuis mon effort et termine …. en améliorant de 12 secondes mon chrono en 2h23’49 ! J’étais sur des bases de 2h18 et dans le top 900 avant d’aider Matthieu donc rdv l’année prochaine !

Matthieu qui a terminé à l’énergie qui lui restait termine 20 secondes derrière et il est très déçu car il espérait faire bien mieux mais il a juré de s’entraîner en conséquence pour 2020.

Résumé de Tristan .

 

               Un grand BRAVO a tout les 3 !!!

les Crêtes Vosgiennes …a découvrir !

 Céline nous partage sa reco des Crêtes 2019 !

 

J’ai participé le 21/07/2019 à la reconnaissance du Trail des crêtes vosgiennes.
 Superbe parcours de 33km et 1400D+. Nous étions une vingtaine jusqu’au col de la Schlucht puis plus que 5 jusqu’à l’arrivée à l’auberge de Blancrupt. Les panoramas sont uniques et époustouflants. 
Les sentiers sont pour la plupart épuisants nerveusement car très caillouteux. La moindre déconcentration et c’est la chute assurée. 


Heureusement pas de bobos parmi les participants 😀.

 


J'ai passé une superbe journée avec un groupe très sympathique, à refaire.


 Céline
Merci a Céline pour ces magnifiques photos de paysages !
les Cretes Vosgiennes auront lieu le dimanche 18 août 2019 pour la 44e édition !

il existe aussi une version courte de 13 km et   450 D + .

a notez que c’est une course en ligne … prévoir temps supplémentaire pour transport /navette.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

autres  infos :

réouverture vestiaires Club le mercredi 07 Août 2019 .

et aussi la reprise a la salle de musculation du Palais des sports qui sera disponible les vendredis soirs de 19 h à 20 h 15 .

Prochain article entre autres … : https://www.la6000d.com/fr/

 

Une belle balade a vélo entre copains du CGFM …

 

Le 7 juin 2019, Frédéric et Francis

ont partagé un grand moment de vélo sur les routes mythiques du tour de France. Ils ont participé à la cyclosportive « la Marmotte » qui proposait un parcours de 174km avec quatre ascensions de légende : le Glandon, le Télégraphe, le Galibier et l’Alpe d’Huez. »

 

Ce 7 juillet 2019 restera gravé à jamais dans ma mémoire pour plusieurs raisons. La première est que j’ai partagé cette course avec Francis, mon ami, mon complice, mon maître.

La deuxième est que je rêvais de grimper ces cols extraordinaires depuis des années. La troisième est que ce défi, un peu hors norme pour des amateurs, nous a procuré d’énormes émotions.

l’Alpe d’Huez et ses legendaires virages …

Francis va fêter ses 72 ans le 16 juillet. Quel beau cadeau de s’offrir trois montées hors catégorie et un col de première catégorie dans la même journée. J’espère que ceux qui liront cet article mesureront l’exploit accompli. Je peux en témoigner car les ascensions du Galibier et de l’Alpe d’Huez nous ont poussé à puiser au plus profond de nos ressources. 

Fred.

 Bravo a vous 2 pour cet exploit !

 

et un très bon anniversaire Francis !

 

Circuit des Sarrazins (33 kms, 1000 D+)

 

                                   CÉLINE

a représenté le CGFM a ce trail des Sarrazins 2019

 Superbe parcours de 33km pour 1000mD+. Peu de partants (54😀) mais une superbe ambiance entre coureurs ( fous rires garantis: c’est bon pour le gainage abdominal... moins pour la performance). 
Organisation et Bénévoles au top 👌 surtout les 2 gentilles dames 👵 du dernier ravitaillement qui sont au petit soin pour les coureurs. Difficile d’en repartir s’en avoir eu les poches remplies de fruits secs et quartiers de pommes (« petite réserve pour tenir jusqu’à l’arrivée » ). 


Résultat : 3h53 , 4ème féminine ( sur 8 😂) et surtout un grand plaisir de courir dans des conditions idylliques ( excepté la boue et les dérapages très peu contrôlés 😀).
Céline .

                             Bravo  a notre Céline !

Beaucoup de  bonheur/plaisir dans son récit  , normal dans  ce genre de « course »…

et qui enchaîne les + de 30 km avant d’aller voir plus loin …

plus haut .

  histoire de repousser ses limites et prolonger le plaisir  !

 

 

Run’ in Night Trail de Wettolsheim

8 coureurs nocturnes du Cgfm  

7 sur le 13,5 km ( 530 d+ )

1 sur le 29 km ( 1150 d+ )

sur le 13, 5 km ( 461  arrivants )

Didier en 1 h17 mn et 39 eme !

Fredo  suis en 1 h 19 mn et 45 eme .

Pierre en 1 h 33 mn et 153 eme .

Le tour du château du Hohlandsbourg par les remparts, et la vue magnifique au sommet ont fait oublier la pénibilité des 7 km de montée… Un Trail de nuit à l’ambiance particulière. C’était pas facile, mais comme toujours quand c’est fini , je suis ravi de l’avoir fait ! Merci à Marine et Maryline ! »
 Pierre .

Matthieu V. en 1 h 42 et 241 eme

 

 Marine  en 1 h 45 mn et 286 eme .

Maryline en 1 h 47 mn et a la 297 eme place .

André V en 2 h 24 mn et 456 eme .

Une course, une ambiance, des bénévoles irréprochables, une organisation exemplaire. Seul le stationnement pose parfois quelques difficulté en arrivant dans le village !

J’ai fait le fond du fond du classement, Matthieu satisfait de sa course mais quand même une petite pointe de regret à l’arrivée à cause des bouchons en début de course sur le sentier , nous avons été tous les deux satisfaits de nos courses respectives car c’est tout simplement une belle épreuve…la course, le château, les sous bois, les sentes sans oublier l’accompagnement musical et tous les bénévoles.

André et Matthieu .

 sur le 29 km et 1150 d +  : 

Fred   :  23 eme place en 2 h et 48 mn  !

" Très beau parcours, très belle ambiance pour une course qui se termine à la tombée de la nuit.
Le passage dans le château du Hohlandsbourg fut magique. J'ai passé un super moment.
Pour l'anecdote, c'est la deuxième course que j'effectue en five fingers. 
Je vous invite à essayer la course minimaliste (en étant prudent au début)."  
Fred .

chaussures minimaliste "five fingers"

( 140 arrivants )