Tous les articles par Eric V

Membre actif depuis les débuts d'années 2000 et membre du comité depuis 2010. Après quelques années de courses sur bitume avec plusieurs marathons , je me suis tourné rapidement vers les courses natures , beaucoup moins traumatisantes ... puis les trails sont arrivés avec un autre état d'esprit et énormément de plaisir , loin du "chrono".... juste le plaisir de terminer en franchissant la ligne avec un immense bonheur Toujours plus loin ... toujours plus haut ... j'ai fini par pousser la porte de l'ultra ..... Trail ! me contacter : ericgfm@free.fr

Perles du vignoble + ronde a Beblenheim 11 juin 2022

3  courses natures (5 cgfm représentés sur 2 distances )

Cgfm uniquement Masculin !

RONDE DU SONNENGLAZ (10 km 270 D+ )

 

60 -ème  Matthieu V. 1h10 mn

——————————————————————–

98 -ème Jean-Marie 1h23 mn

et  2 -ème dans sa catégorie

 

LA RONDE… 
 Quelle drôle de nom pour une course. Bien que nous soyons tous de grands enfants, je n’ai vu personne faire la ronde autour d’un feu de bois ou pratiquer la danse des canards avant le départ. Peut-être s’agissait-il d’une personne ronde? Au mieux, la plus grosse des participantes faisait 45 kg pour 1,75 m : c’était une fausse piste. J’ai  donc sorti mon alcootest.  Là encore la plus alcoolisée atteignait difficilement les 0,1 g par litre de sang et elle m’a annoncée avoir roulé une pelle à son mari qui, devant un match de foot, attaquait sans mollir son troisième litre de bière: les traileuses sont sobres.
 Par contre, le lieu Sonnenglanz est très bien nommé vu la température étouffante durant la course. Nous avons bien senti les éclats de soleil. 
 Je vous souhaite à tous une bonne bourre, mais après la course.
 J-Marie .
 Merci J- M pour pour cette nouvelle « perle » littéraire

*******************************************************

PERLES DU VIGNOBLE ( 16 km 400 D+ )

13 -ème Thierry  M. 1h18mn

1 er  dans sa catégorie

Il est très rare pour ma part de refaire des courses similaires, la raison est simple les chronos n’est plus ma tasse de thé et souvent on fait une comparaison. Ce qui n’est pas juste (météo, récup…..) Ma compagne me motive pour les Perles du vignoble le 16 Kil , et elle pour le 11

Kil du Sonnenglanz.

J’étais pessimiste pour faire le trail de 22 Kil et 700m de dénivelé vu la météo et les chaleurs annoncées.

Pour la course le départ est samedi à 17h30 en plein cagnardje démarre comme à mon habitude avec beaucoup de détermination. Je suis en bonne compagnie avec la première féminine, impossible de la suivre. A la sortie de Riquewihr enfin un coin d’ombre, je rejoins ma compagne parti 15’ avant ! On marche ensemble dans cette belle montée un petit moment en s’arrosant  .Je repars en gérant mes efforts en direction d’Hunawihr la route est encore longue. Je m’arrête a chaque ravito pour être sûr d’arriver.

J’ai le souvenir de Zellenberg la dernière montée, ce coup-ci je ne la monte pas au sprint .Au sommet tu as une belle vue sur la plaine d’Alsace avec en prime une belle descente dans les vignes.

C’est la flamme rouge, le dernier kilomètre …garder des réserve on sait jamais .

Et non le parcours fait bien 16 km avec une surprenante 13e place et 1er de ma catégorie.

Il faut écouter les femmes elles ont presque toujours raison

Thierry M .

—————————————————————–

35.eme Patrick B 1h28 mn

 3 -ème dans sa catégorie

Seconde participation pour ma part aux Perles du Vignoble, course que j’avais faite l’année dernière  en  2021 où je suis complètement passé à côté de la course (la chaleur, pas de ravitaillement, et dans le rouge dès le 4eme kilomètre). J’avais hâte de prendre ma revanche….

(sur le chronomètre).

Ce samedi 11 juin, il faisait une chaleur étouffante comme l’année dernière, moi qui n’aime pas courir sous cette chaleur ; enfin bon on y va quand même.

Départ donné a 17h30 : premier kilomètre je pars prudemment 4mn55 le km, comme je sais qu’il y a pas mal de dénivelé, donc je ne vais pas me cramer tout de suite. 4 premiers kms dans le vignoble Alsacien.

Le premier ravitaillement arrive et il me fait du bien.

Le 6eme km arrive avec la première grande montée en pavés et on traverse le village  de Riquewihr de bas en haut. A mi- pente du village, je profite d’une fontaine pour me rafraichir (c’est super sur ce genre de course de trouver des fontaines sur le parcours ;

je ne vais pas en louper une.

Super je suis en haut et je dépasse des coureurs qui marchent déjà (l’année passée c’était moi qui marchais à cet endroit). Je me sens bien, ou presque malgré la chaleur.

On arrive dans les sous bois et dans la descente je récupère et suis prêt à aborder la seconde grande montée qui se trouve juste après le second ravitaillement. Au 9e km une deuxième montée m’oblige à marcher.

Avec cette chaleur toujours aussi tenace, les jambes sont lourdes. Arrivé en haut, je me relance sinon je ne repartirais plus. Ouf arrive  la descente direction Hunawihr. 12e  km dernier ravitaillement : une bonne dose de liquide et de raisins secs qui m’ont donnés un grand coup de boost pour aborder les derniers kms. Je profite d’une nouvelle fontaine qui se trouvait au ravitaillement pour me rafraichir à nouveau  et on repart direction Zellenberg. Au 14e  km toujours dans le coup, les jambes sont là, tout comme la chaleur. J’aborde la dernière montée dans le village. Je sais que c’est la dernière descente, aussi je décide de jeter mes dernières forces en allongeant ma foulée.

Sous les encouragements, je rentre dans le village et la cave viticole. Je franchis la ligne avec un temps de 1h28mn. Très content de moi, j’ai pris une bonne revanche sur l’année passée. En 2021 j’avais bouclé cette course en 1h38mn.

Une fois récupéré,  je profite du moment et de cette ambiance. On se refait la course avec Thierry  qui a mis 10mn de moins que moi. Bravo à lui !

Ma grande surprise le lendemain matin : remis de mes efforts et de la chaleur, je regarde le classement sur sportkrono je découvre que je suis 35e du général. Comme je commence à avoir un certain âge, ça fait toujours du bien de voir où j’en suis (je termine 3e  de ma catégorie) avec Thierry qui finit 1er.

Bref une course super bénéfique et rassurante sur mon état physique .

Etant du 13 juin, je me suis fait mon petit cadeau d’anniversaire.

Patrick .

———————————————————————–

48 -ème  Jonathan 1: 33mn

Un superbe parcours dans le vignoble autour de Beblenheim au départ et à l’arrivée de la Cave viticole du village.
Un terrain valloné , assez roulant , avec quelques difficultés bien réparties sur le parcours jamais très longues et suivies de belles descentes pour récupérer. La principale difficulté venait du fait que nous avons courru la quasi intégralité des 16 km en plein cagnard. Fort heureusement plusieurs ravitos et des douches improvisées ont permis de faire redescendre la température ! 
Je n’ai jamais pu rattraper Patrick qui était en grande forme

Jonathan .

**************************************************************

20 km et 700 D+ : absence du  CGFM ….

10 KM de Kruth 4 juin 2022

4 CGFM  a Kruth    

 sur le 10 km  : 

Marc- Antoine : 87 -ème en 51 mn 01 s
 ******************************************************
 Peggy :169 -ème en 1 h 06 mn 37 s
son 10 km :
Encore une première pour moi les 10km du lac de Kruth
Plus habitué à y faire de la plongée bouteille  il y a 20 ans dans mes jeunes années
Un p’tit groupe d’amis sur le départ malgré la chaleur  et l’alerte météo à l’orage
Lors de ma dernière sortie à Bern j’ai beaucoup souffert et avant d’abandonner j’avais mis mes écouteurs ce qui avait fonctionné
Je part du coup avec de la musique car en petite forme depuis quelques semaines à enchaîner les courses…..
Je profite du paysage,  « râlotte » du grand nombre de km sur bitume
– j’avais envie de plus de nature
Les 2 derniers km semblent sans fin mais c’était sans compter les encouragements de Philippe à plusieurs reprises et même en suiveur qui me rebooste pour finir 
Et surprise à l’arrivée….. ma meilleure allure que je n’ai jamais faite sur cette distance 
Des également à Lyse qui était sur place pour m’encourager
Et fin de soirée en famille et entre amis en ferme auberge pour reprendre des forces

 et sur le 5 km  : 

 

 Martine D. 48 -ème en 27 mn 20 s

le 5 km a Kruth pour moi …. c’était suffisant vu la chaleur du jour !

Parcours très sympa et bonne ambiance

et Muriel B . pour une bonne cause :

 l’association « Vivre avec Parkinson »

La course de l’Amitié a Fessenheim 3 juin 2022

2 distances 11, 7 km et 5, 7 km .

une dizaine de Cgfmois y était !

en voici une partie …

Commençons par ceux du 11  , 7 km  dans l’ordre d’arrivée :

 Arnaud

16 -ème  en 50 mn  et 1 er dans sa catégorie !

 

Cette course de l’amitié qui relie Hartheim en Allemagne à Fessenheim est vraiment très sympa.

Le parcours, mi chemin mi macadam est très roulant, l’organisation parfaite.

L’après course avec la Pasta-Party et la musique en live est très convivial.

J’ai passé une super soirée en compagnie d’autres membres du CGFM.

Une chaleur étouffante est venue plomber les chronos.

Ce n’est pas grave; on vient courir ici non pas pour faire un temps mais pour passer une soirée sympa entre amis.

Je vous recommande fortement cette course pour 2023.

Merci à Bénédicte de nous l’avoir proposée.

Arnaud.

Bravo Arnaud !!!

————————————————————————–

Nicolas G .

37 -ème en   54 min

La course de l’Amitié Franco-Allemande de Fessenheim du 3 juin 2022 ,

C’est une petite aventure pour se rendre sur la ligne de départ car elle se situe du côté allemand.

Un premier bus partant de Fessenheim, nous emmène vers un pont pour traverser le Rhin à pied puis un second bus, du côté allemand, nous conduit dans le village d’Hartheim où se trouve le départ.

Le soleil brillant avec éclat, les organisateurs nous rappellent peu avant le début de la course de penser à bien nous hydrater. Je retrouve Anne, Bénédicte, Fabien, Arnaud du club avec qui je m’échauffe.

Cette course est très différente de celle d’Ungerheim que j’avais effectuée 1 semaine avant : ici le parcours est roulant sur le macadam et sur quelques sentiers forestiers du côté allemand, le tout sans difficulté particulière. Le parcours passant le long du Rhin que nous retraversons ainsi que par le grand canal d’Alsace pour retourner du côté français.

Au final, une belle course en toute simplicité mais qui dispose d’une très bonne organisation Franco-Allemande car nous avions eu droit à 3 ravitaillements en eau. Le top pour courir sous cette chaleur estivale ce jour-là. Je tiens à remercier tous les bénévoles et les organisateurs.

Nicolas

——————————————————————–

Jonathan  : 47eme  en 56min

Grosse chaleur mais surtout superbe ambiance au rendez-vous de cette course franco-allemande.
Départ en bus de Fessenheim direction la ligne de départ en Allemagne, il ne restait plus qu’à faire le chemin inverse… un parcours totalement plat très agréable avec des parties ombragées fort appréciables vu les températures même en fin de journée !
A l’arrivée pasta party et concert avec une belle affluence. Une super organisation par l’OMSCAL de Fessenheim.
 Jonathan.

—————————————————

Virginie H. 118 -ème en 1 h 07

—————————————————-

 Fabien 130 -ème en 1 h 09  mais aussi

2 -ème dans sa catégorie !

Super Fabien

—————————————————

Benedicte 140 -ème en 1 h 11

C’est une course bien sympathique qui commence une année sur deux soit en Allemagne, soit en France en signe d’Amitié Franco-Allemande, et inaugure aussi le fête de l’Amitié annuelle de Fessenheim. Il a fait bien chaud, mais la bonne humeur entre runners et runneuses du Club, nous a permis de passer une belle soirée de partage sportif et plus encore .

Benedicte .

 

———————————————————

Anne M. 151 -ème en 1 h 14

  Une superbe organisation avec des bus qui nous ont amené jusqu’au lieu de départ à Hartheim en Allemagne. Belle ambiance sur la course mais surtout très chaud  !! J’en ai bavé et le chrono s’en ressent… 1h14 pour 12km

Chouette moment à l’arrivée avec les CGFM
et la pasta party  !
Anne
******************************************************
Beatrice 169 -ème en 1 h 19

 *****************************************************

 et terminons par le 5 , 7 km 

Sandrine W . 

et Viviane A. 

la main dans la main dans le même temps 35 mn et 52 s .

L’important est de participer

Le Grand Raid 73 2022

Apres 2 abandons et 2 annulations et un départ en relais , Michael s’est remis au départ de ce « morceau  » de toute beauté !
Belle persévérance ( qui a payé !  )
Son recit : 
2017 abandon, 2018 abandon, 2019 relais avec Erwan, 2020 annulation, 2021 annulation…

2022: Me voici enfin au départ du Grand Raid 73, 73km (d’où le nom) /4800D+ (5100 en réalité…) dans le Massif des Bauges, mes terres d’origines…

 

Un seul objectif: le finir et avoir enfin cet Opinel de finisher!

Je retrouve un ami, Guillaume, la veille, la forme est bonne, le mental au top et la météo devrait être parfaite. Le parcours a été modifié, deux petites collines en moins sur la première partie du parcours, et une montagne en plus au milieu…

 

On s’élance à 5h du matin de Cruet, ça part vite, les Savoyards sont des montagnards et ça se voit. On monte direct au Col du Mont/Croix de Tormery (850D+), c’est raide, c’est rapide, mais les sensas sont bonnes. On redescends au premier ravito au km12  

   

où j’ai la joie de retrouver mes parents.

Je repars pour la montée encore plus raide du pic de la Sauge puis de la Pointe de la Galoppaz (850D+).

montée de la Galoppaz

Je continue à me sentir bien, là où j’ai éprouvé des difficultés sur mes essais précédents.

Vue sur le lac de la Thuile

Les vues depuis le sommet sont magnifiques !!!!

J’entame la descente très raide et j’ai un point qui apparait au niveau droit de mon ventre. Ca me pénalise sur toute la descente, mais j’arrive à gérer avec des exercices de respirations. Malgré tout, je rattrape Guillaume sur la fin de la descente et on arrive au ravito du 29ème ensemble, avec le plaisir encore de retrouver ma famille.

Je mange et je bois pas mal sur le ravito, et je vomis en repartant…

Un trop plein peut-être. Ça ne me pénalise pas pour cette nouvelle partie du parcours avec la montée sur le Margériaz (750D+).

            Sommet Mageriaz

Je lâche Guillaume qui a une petite baisse de régime et ne m’attarde pas trop sur le sommet couvert et exposé au vent. Je me fais plaisir dans la descente, le point ne revient pas et j’arrive avec joie au ravito des Aillons (40km). Ma famille et moi-même sommes content de me voir en bon état à ce stade de la course, qui marquait la fin de mes essais précédents. Guillaume arrive 5 minutes plus tard et on repars ensemble avec la banane pour le dernier gros bloc de la journée, le mont Colombier,

mont Colombier au loin….

  Sommet du Mont Colombier

culminant à 2045m, avec un bon 1150 de D+. Rapidement je lâche Guillaume, il ne suit pas et je me sens bien. J’arrive au pied du sommet, section qui s’appelle « le Muret ». Je sens que j’ai épuisé mon énergie et j’ai plus de mal à m’hydrater et me nourrir, mais je m’accroche jusqu’au sommet. De toute façon, tout le monde en chie

Je m’arrête au sommet pour essayer de manger un peu et je repars dans la descente extrêmement technique.

Mon point revient, je sens que le retour va être douloureux… Je n’arrive pas à avoir de rythme dans la descente. Sur cette section à découvert, la chaleur est présente. J’essaye de prendre un peu de temps pour boire à l’ombre mais je sens le bouchon gastrique… Je vomis peu après,

je repars, je m’arrête à nouveau pour me refaire. Guillaume arrive quand j’allais repartir donc je m’accroche à lui, je fais 10m, je revomis. Le vite est belle sur un ultra

Je sais que le dernier gros ravito (Mont Pelat – km57) n’est pas loin donc je m’accroche pour le rallier.

A ce stade, je sais que je vais finir la course, mais en arrivant, les secouristes sont contents de me prendre un peu en charge. Ils me font une mesure de glycémie, je suis à 0.72. Je sais que ça veut dire hypo et eux aussi. Le médecin au PC course leur dit de me garder 20 minutes le temps que je me refasse. Je bois du coca. Puis 15m de plus, il faut que je mange. Les abricots secs feront l’affaires (plus que les œufs durs, les frites et cuisses de poulet sur le ravito!). Ils m’autorisent à repartir après près d’une heure d’arrêt. Je les remercie, car au-delà de la frustration, c’est pour mon bien. Durant 1km ou 2, je teste les sensations, mon bide est rentré en ordre, l’énergie est là, le mental aussi. Plus qu’à bomber sur les derniers 15km!

Je tiens un très bon rythme, je ne fais que doubler des collègues et je passe la ligne avec beaucoup d’émotions, sur cette course qui m’est si chère. Mon père et Guillaume sont là pour m’accueillir

au bout de 13h34 d’effort et une 112 place (290 inscrits, 222 arrivants). Encore quelques petits trucs à régler, mais dans l’ensemble, ce fut un merveilleux weekend!

 La fameuse récompense 

Plus qu’à me concentrer sur mon prochain objectif: l’Ultra Tour des Lacs aux Cimes (127km / 9150D+ Ultra-Trail® du Haut-Giffre – Parcours UTLAC ) à Samoëns le 17 Juin (et la TDS fin Aout).

Michael .

 Bravo Michael !!!

car malgré tous tes soucis  tu as vaincu cette épreuve qui  commençait a devenir une bête noire pour toi

et régler ces petits soucis serait bienvenu pour la suite….

Les foulées d’Ungersheim 2022

************************************

La course vedette : la Course Nature

L’Association pour la Fête du Cochon d’Ungersheim ainsi que le PCA (Pays Colmar Athlétisme), vous ont  proposé le jeudi de l’Ascension la « Course Nature ». Au long des 12,5 km, les participants traversent les bois, longent des rivières, accompagnés par plusieurs groupes musicaux.

Le tracé impliquera un passage par le Parc du Petit Prince premier parc aérien au monde et en nouveauté cette année une traversée de l’Ecomusée d’Alsace.

et ou le vainqueur remporte un cochon !!!

Autant d’éléments qui font la renommée de cette course.

9 Participants CGFM  y ont participé pour le plaisir !

Les voici dans l’ordre d’arrivée

40 -ème  Sylvain 00:53:21
c’était une course très sympa avec un parcours atypique et varié : une très rapide visite de l’écomusée et du parc du petit prince et beaucoup de chemins dans les champs et les sous-bois.
Le temps était idéal, un poil trop chaud vu que le départ était donné en fin de matinée.
Je suis parti assez rapidement avec pour objectif de retrouver Thierry et de suivre son rythme, ce que j’ai fait après 1km.
Ensuite, je me suis calé derrière Thierry,
jusqu’à ce qu’il perde sa casquette , puis je suis resté derrière le coureur juste avant lui …et j’ai gardé ce rythme et rattrapé quelques personnes puis accéléré dans le kilomètre avant l’arrivée.
Très content de ma gestion de la course et d’une 40ème place qui fait plaisir.
Sylvain.
—————————————————————————-

 43 -ème Didier  M. 00:53:33

—————————————————————————

52 -ème Thierry M. 00:54:30

C’est rare pour moi de refaire la même course .

Comme ma compagne était engagé en mode cool sur ces 12,5km , Je me suis décidé et on a fait chacun sa course !

                casquette retrouvée….
Cette année je termine en 4e de ma catégorie M4 ,52e au scratch en 54’30 , satisfait d’avoir été le poisson pilote de Sylvain.

Thierry.

————————————————————————–

92 -ème Nicolas 00:57:36

Comme son nom l’indique, c’est une course nature mêlant un dédale de chemins boisés, des passages de petits ruisseaux sur des ponts ; avec en point d’orgue, la traversée du parc du Petit Prince et de l’Ecomusée qui sont atypiques et magnifiques.

Avec Marco et Sylvain

, nous nous échauffons tranquillement avant le début de la course où nous croisons Thierry et Marilyne aussi. Nous prenons le départ ensemble. Je prends un bon départ dans une légère brise rafraichissante car le soleil est bien présent.

le premier ravitaillement me fait du bien, puis arrive la traversée du parc du Petit Prince qui me boost ; ensuite, j’enchaine des chemins forestiers pour arriver au détour d’un tournant à l’Ecomusée. Nous passons au milieu des personnes étonnées mais le cadre y est splendide.

 Au fil des kilomètres, j’ai de bonnes sensations qui reviennent et j’accélère mon rythme. Quand j’aperçois le panneau du 9ème KM, l’arrivée approche donc je cours sans retenue en dépassant plusieurs coureurs, les jambes répondant bien.

Je voulais faire moins d’une heure, objectif réussi.

Au final, un très beau parcours nécessitant pas mal de relances dans des chemins diverses et variés qui font tout le charme de cette très belle course pour les amoureux de la nature.

Nicolas .

—————————————————————————-

150 -ème  Eric M. 01:03:07

Rejoignant une foule de coureur qui s’échauffe et se dégourdisse les jambes, j’observe, marche et me prépare à la course. Me voici devant la ligne de départ et j’attends avec impatience le départ de la course

Ca y est, s’est parti,

je démarre par une foulée normale et suit le parcours assez sinueux. Il faut gérer son effort et la prise au vent. J’ai adoré traverser la forêt, et l’écomusée d’UNGERSHEIM Le temps est agréable, juste un peu trop chaud pour moi. J’arrive sur la fin et je plaisante avec les supporters qui nous encouragent et suis content de finir ce parcours  . 

Eric .

—————————————————————————

167 -ème Marc-Antoine  01:04:18-

Venu avec Nico et Sylvain sur cette belle course nature, au départ nous sommes plusieurs du club. Je croise Marilyne, Thierry, Éric, tous bien motivés à prendre du plaisir  
Parcours 99,9% chemin et forêt, en sens inverse par rapport aux autres années, ni bouchon…ni klaxon ?! C’est roulant
Plusieurs groupes de musique le long du parcours pour encourager tout ce beau monde, traversée du parc du petit prince suivi de l’écomusée, on n’a pas le temps de s’ennuyer.
A l’arrivée: plaisir, sourire…eau fraîche et banane pour les sucres lents !
Ah tiens…j’aperçois le vainqueur qui continue à transpirer en essayant de mettre son cochon dans le coffre de sa voiture ! Pas sûr qu’il rentre !

 avec le sourire

Marc-Antoine.

——————————————————————————–

239.eme Caroline  B. 01:09:54

Une belle course avec un parcours sympa en forêt, en passant par l’écomusée et le parc du petit prince. Un peu déçue de ma gestion de course, partie trop vite, j’ai eu du mal à finir, d’autant plus qu’il faisait chaud. Mais je reste contente d’avoir participé.
Caro .
        Avec Bea 
————————————————————————

266 -ème  Maryline 01:12:13

———————————————————————–

347 -ème  Béatrice  01:19:06

Au départ avec Caro

Ma première course nature !

Je m’inscris avec Caro à cette course de 12,5 km d’Ungersheim, qui se déroule pendant la fête du Cochon.Afficher l’image source

Je pars beaucoup trop rapidement entourée de gens qui courent vite (je me suis laissée entraînée, Grrr…

Je m’essouffle dès que nous quittons les routes goudronnées d’Ungersheim pour courir aux abords d’un champ . 

Le parcours est sympa et varié. Nous traversons le Parc du Petit Prince, l’Ecomusée d’Alsace, des forêts, des champs et longeons la Thur.

Mais moi, je n’apprécie pas vraiment le paysage pendant la course

Je découvre, en vraie débutante, qu’une course nature n’a rien avoir avec les routes goudronnées ou le stade.

Je termine avec une moyenne de 6.19 min/km. Je suis déçue de mon résultat. Je me dis que je n’étais pas encore prête (à mon humble niveau) pour cette distance et ce parcours varié et que je ne suivrai plus les fous du départ lors de ma prochaine course.

 Bea .

 

Bravo a vous d’avoir participé à cette épreuve différente  qui  vous a fait découvrir un autre « monde »  de la course a pied .

Trail des Marcaires 2022

logo.png 2022

3  valeureux  Cgfm

Céline sur le 54 km 2600 D +

Muriel B. sur le 32 km 1600 D +

 Jean -marie sur le 12 km 600 D +  

Avant de démarrer cet article , petite info sur les trails et dénivelé positif ( D+ ) 

On peut faire un calcul tout simple avec  ce dénivelé positif en le convertissant en km  que l’on rajoutera a la distance de départ et ainsi obtenir la distance approximative qui serait si c’était  du plat .

100 mètres de dénivelé positif = 1 km

 donc sur le 54 km de Céline qui a 2600 D + ce qui fait 26 km en plus 

54 km + 26 = 80 km ! ( quasiment 2 marathons )

Même calcul pour Muriel  ce qui donne plus bien plus qu’un marathon . ( environ 50 km ) 

 valable également pour Jean – marie  12 km deviennent 18 km .

Ce qui demande un effort supplémentaire dans la durée et une bonne connaissance de soi .

 Céline   : 

142 -ème en 8 h 18mn
                       
 le récit  de son aventure  :
Première participation au Trail des Marcaires : MA-GNI-FI-QUE !
54km de paysages grandioses et des vues à couper le souffle.
Mais le Trail des Marcaires, c’est aussi 2600m de dénivelé positif et très très positif… de looongues et grosses montées (dont un petit mur surprise),
de loooongues et grosses descentes (mon éternel cauchemar), beaucoup de rochers et cailloux.
Heureusement, le physique a suivi malgré la chaleur et une mauvaise gestion alimentaire (hydratation réussie mais recharge énergétique insuffisante). En résumé : un Trail inoubliable où le cadre féerique l’emporte sur la difficulté du parcours, à refaire
 Bravo Céline !!! car malgré la difficulté de l’épreuve  tu en redemandes  ! Le bonheur de l’avoir fait l ’emporte sur le reste et encore de l’expérience sup pour toi …

 Muriel B 

208 -ème en 5 h 06 mn
 son Défi:

Le Défi de Muhlbach est pour moi, à ce jour, le trail des 1ères fois : 1ère participation, 1ère fois que je cours aussi longtemps, 1ère fois sur un D+ aussi important, 1ère fois que je suis obligée de gérer ma réserve en eau … D’ailleurs un grand merci à notre coach Ericet ses précieux conseils , sans qui je serais sans doute partie la fleur au fusil

Mais un défi est un défi !! Me voilà partie à 9h et rapidement dans l’ambiance avec cette 1ère montée jusqu’au Hohneck dans les cailloux et les rochers, interminable…. et qui m’a déjà demandé beaucoup d’énergie. En prime un beau petit mur pour pimenter le tout !

Mais les paysages sont magnifiques sous le soleil, un panorama à 360° au point culminant ; on ne s’ennuie jamais.

Moi qui adore me lâcher dans les descentes, j’ai vite déchanté, car très raides, glissantes, dans la poussière que soulevaient tous les coureurs. En fait, je découvre un parcours très technique et casse-pattes, et les (re)montées ne sont jamais loin.

Concentrée dans les descentes

Tout va pour le mieux jusqu’au ravito du 22e km, mais un petit coup de moins bien en repartant. Et revoilà des raidillons !!!!

 

.Je m’accroche sur les 10 derniers kilomètres, pressée d’arriver. C’est là que j’ai pensé à Céline qui devait en découdre sur le 54 km

et à Eric sur son 112 la semaine dernière, pour qui ça a dû être autrement plus dur…

Le 32e km arrive et nous sommes toujours en course. Je ronchonne, pas envie de faire du rab. Lorsqu’un organisateur nous annonce l’arrivée à 150m, j’ai presque envie de pleurer. Et récompensée à l’arrivée par une belle ambiance et plein de monde pour acclamer les coureurs.

Au final, une belle aventure de 33 kms et 1700 m de D+ en 5h06.

Muriel .

Autre récompense inattendue   :  une superbe 3 -ème place dans sa catégorie !!!

Sans le chercher le bonheur est venu a toi  !

Bravo Muriel  

 Pour une première ce fut une première réussie ! 

Pas de bobos et avec un bel état d’esprit positif tu peux entrevoir la  belle perspective d’aller plus loin  , plus haut …et pk pas rejoindre Céline  ?   

Jean- Marie :

121 ème  en 1:35:27

son texte :

Je partis d’humeur badine pour cette magnifique promenade. Je baillais aux corneilles lorsqu’une pie taquine vint me sortir de mes rêveries.

Elle me rappellera la fable que ma maîtresse de maternelle m’ avait apprise il y a bien longtemps. « Un hanneton volage près d’une pie passa, mais l’oiseau était sage et point ne le happa. Moralité : quelle belle happât que la pie n’happa pas. » je ne suis pas sûr que l’auteur soit Jean de La Fontaine mais je viens d’avoir une brutale révélation :

ma maîtresse était une sacrée coquine.

En courant, il faut toujours penser à des choses qui vous font rire.

Ce précepte vous fait carrément oublier la souffrance.

J- marie

Bravo Jean – marie !

pas de podium cette fois ci  mais une vérité sous forme de trompe l’oreille de plus venant de ta part  

 

 

Marathon d’Annecy 2022

Annecy 2022

Tristan y était et c’était  sa deuxième Edition  !

Son commentaire :

Marathon… aller au bout de soi-même !

Après un bon et long entraînement me voilà à Annecy pour mon second marathon, 3 ans après mon premier au même endroit.

Le départ est étroit, difficile de s’échauffer convenablement.

Dès le départ grand soleil et aucune ombre… je sais que cela s’annonce compliqué.

Je me colle dans le groupe 3h30 et les sensations sont plutôt bonnes, je passe au semi dans l’allure souhaitée en 1h45.

A compter du 27me km mon chemin de croix commence…

gros coup de chaleur obligé de marcher…

j’ai du mal a m’hydrater et hélas cela continuera jusqu’à la fin Au 38me km je n’ai plus aucune énergie lorsque le groupe des 4h me dépasse… je re – marche car l’abandon n’est pas une option après tout l’entraînement réalisé !

Au dernier km … catastrophe

une contracture musculaire aux deux mollets  La douleur est intense et il m’est impossible d’avancer… il me reste 500m a peine !

Je termine le dernier km en presque 20min dans la douleur

une  photo qui parle ….

Finisher de mon second marathon en 4h39 (mon premier était en 4h48). Au bout de moi-même et impossible de faire mieux.

Bravo Tristan  !!!!

d’avoir tout de même  terminerton 2 -ème Marathon !!! même si ce fut dans la douleur…

Car même si ce Marathon se termina dans la douleur  … il est riche en expériences qui te permettront de gérer les choses différemment…

La Colmarienne 5 km / 10 km

 

4 cgfm y était dont un qui a fait les 2 distances… :

Commençons par :

Michael B .

94 -ème en 44 mn et 48 s  .

Premier 10km de la saison.
Je m’étais fixé 45min. Objectif atteint-> 44m40s
De très bonnes sensations, en restant avec le meneur d’allure. J’ai suivi les conseils de Pierre et joué la sécurité sur la fin en accélérant qu’au 9eme km.
Prochaine course, le semi de Bâle le 22/05.

Tristan :

( qui a participé d’abord au 5 km puis au 10 km  )

5km de la colmarienne : 19’43 !

2 semaines après le marathon d’Annecy (voir article précédant  …), j’ai repris sur la distance la plus courte. Le 5km de la Colmarienne qui sert de championnat du Haut-Rhin.

Cette épreuve était la première course à laquelle j’avais participé en 2016 !

Au départ je suis très détendu, la stratégie est simple : a fond jusqu’au bout et battre mon record (20’57 en novembre 2021).

Ça part très très vite, le faux plat descendant aide beaucoup. Le premier km est avalé en 3’51, j’enchaîne le 2me en 3’48 … les jambes sont au top, le souffle également. Le cardio est élevé mais je n’y prête pas attention. Après 4km le meneur d’allure de 20min ne m’a pas rattrapé… ce chrono j’en rêve alors je serre les dents et je relance en grappillant des places. Je gère la petite montée finale et je termine au sprint pour soigner le chrono et gagner des positions. Le résultat est au delà de mes espérances : 19’43 !!! 1’15 de mieux que mon record personnel et la barre symbolique des 20 minutes est atteinte. On verra a l’automne si je peux maintenir l’allure sur 10km  A peine remis de l’effort que j’accompagne Matthieu sur le 10km une demi heure plus tard …

Je lui avais promis de l’amener sur les bases de 45 ou 46’ il m’a bien suivi pendant 6km, ensuite ça a été plus compliqué pour lui notamment avec la chaleur mais il reviendra plus fort.

Pour ma part maintenant c’est repos et petite pause niveau dossards … et de gros objectifs cet automne.

 Tristan.

Le repos fait partie de l’entrainement… ne pas l’oublier .

——————————————————————————-

Matthieu V . 

124 eme en 48 mn 04 s  , en duo avec Tristan .

———————————————————————————–

Beatrice :

268 -ème en 59 mn et 20 s et une belle …

3eme place dans sa catégorie !Bravo !

Je m’inscris à cette course avec l’objectif d’atteindre les 6:00 min/km. Ça serait une première pour moi !! Je me place sur la ligne de départ derrière la meneuse d’allure 60 en me demandant si je vais tenir cette vitesse sur toute la distance… Départ très rapide, je me dis que je ne tiendrai certainement pas cette allure. Ah oui… ma montre confirme en affichant 5:31 min/km pour le 1er km. Par contre maintenant, j’ai l’impression que je pourrais courir plus vite, ma montre affiche 6:15 min/km. Je me demande si je dois encore suivre la meneuse d’allure (c’est seulement ma deuxième course et je ne sais pas du tout gérer mon effort sur cette distance), ou si je devrais la dépasser ???

Après 500 m, je décide de suivre mon rythme et je la dépasse. Je me dis que je pourrais, au besoin, toujours ralentir.

Je me retrouve avec 3 autres coureurs. Devant, les autres sont loin et je n’entends plus personne derrière moi. Une supportrice nous encourage ‘allez c’est bien, tenez bon, restez surtout groupés, même en petit groupe, ça motive’. Je cours les kms suivants entre 5:47 et 6:02. Je me dis, que si je tiens encore les 2 prochains km, je devrais atteindre mon objectif de 6:00 min/km.

Je suis très contente d’apercevoir Michaël au loin, je luis avais demandé de me chercher pour m’encourager sur la dernière partie. ‘Super Béa, tu as déjà bien couru, tu es passée devant la meneuse d’allure. Allez, là tu vas attaquer un faux-plat, garde cette allure. N’essaie pas d’accélérer, pas encore. Encore quelques mètres de faux-plat et tu y es.’ Moi, elle me semble bien longue cette petite montée… ‘Allez Béa, maintenant tu allonges ta foulée. C’est bien, maintenant tu donnes encore tout ce que tu as’. Et je cours sur les 200 derniers mètres à 4:18.

Résultat de ma course : 5:54 km/min. Je suis trop contente.

J’ai réussi mon objectif !!

Michaël, un grand merci pour tes encouragements et ton soutien !! 👍 avec Michael 

Et à Bernard bien sûr pour ses entraînements

On a tous un rêve a réaliser…

 Bravo Bea ! Tu a réalisé le tien  ! Super !!!

——————————————————————-

Ultra Trail des Coursieres 2022

 

Un participant Cgfm s’est lancé sur cet Ultra de 112 km et environ 5000 D +   : 

Eric

Apres l’avoir fini en 18 h 35 mn il y 3 ans  , me revoici au départ de cet ultra  , donc sans trop d’appréhension .

qq minutes avant le départ  :

 Je sais bien que sur ce genre de « truc » tout peut arriver , on ne sait jamais si on passera la ligne d’arrivée .

départ aux flambeaux

Départ samedi 7 mai 4 h du mat a la frontale  , tout va  bien , Je passe la première barrière horaire du 28 -ème km  , qui est la plus  sélective ,  avec  10 mn de plus  qu’en 2019 … Mais bon  pas de quoi s’inquiéter ,

je sais bien que ce sera long alors je garde  un rythme raisonnable jusqu’au …  40 -ème km et c’est la qu’une douleur lancinante a un genou apparaitAfficher l’image source et m ’empêche de descendre normalement   me forçant a être sur la retenue sur toutes les descentes pour ne pas aggraver cette douleur.   Mes quadriceps en  feront les frais plus  loin  , plus tard …

45 -ème km

Heureusement que dans les montées mon genou ne me faisait pas souffrir Afficher l’image source mais comme  les montées la bas  ne sont pas très longues mais  sont de vrais  murs  … difficile alors de les courir !

 il ne me restait alors que les rares parties plates pour courir et c’est a ce moment la que j’ai su que je devrais faire avec les barrières horaires et les contrôler …

60 -ème km

je côtoie de près les abandons entre ceux qui n’en peuvent plus  , ceux qui sont blessés  et ceux qui n’arrivent plus a manger  tout cela donne des idées….sombres…

Mais NON !!! Cela ne sera pas mon cas ,  c’est la que le mental doit être a la hauteur surtout si le physique est bien entamé  , plus qu’une cinquantaine de km et je ne suis pas venu ici pour ne pas finir !

j ‘étais toujours dans les délais et aussi impatient de revoir la nuit … car la nuit était synonyme d’arrivée !  

Le compte a rebours  était lancé ..plus que 40 km …30 …20 ….puis mon genou s’est  rétabli ,  la douleur repartie comme elle était venue sans savoir pourquoi mais le mal était fait.

15 km ….et c’est la qu’apparaissent mes « copines oubliées  »   mes ampoules !  Mais bon je les ai bien cherchées  : j’avais un p’tit truc qui se baladait depuis un moment dans une chaussure et je n’en ai pas tenu compte  donc j’ai fini avec mes « douloureuses copines « 

Beaucoup de bobos lors de cet Ultra ,  mais bon le résultat est la  FINISHER  en 21 h et 17 mn!!!  ( je vous fais cadeau des secondes )

Bilan : 2 h 45 de plus qu’en 2019… mais Le mental  a été la pour compenser le physique c’est positif .

300 partants 188 arrivants 112 abandons des chiffres qui parlent .

Recette pour réussir son Ultra :

3 ingrédients :

une bonne dose de physique ,   une autre de mental et ….

un brin de folie .

Résultat :  un immense bonheur a l’arrivée !

Éric .

Semi de Strasbourg 2022

Virginie Z .  a réalisé un bel exploit !

 

Son commentaire :

Mon semi de Strasbourg ❤️
Un vrai bonheur
Donc bien sereine sur la ligne de départ et surtout déterminée à descendre de quelques secondes mon Chrono
Que dire  j’étais vraiment bien  , mon 10km EN 44’15 
puis toujours dans ma cadence j’essai de rester constante …puis vers le 19km je rencontre un jeune couple vraiment les 2 derniers km avec eux un  Moment magique❤️….
A l’arrivée un Chrono de 1’33’23
et une belle première place dans ma catégorie !
Une grande Surprise pour moi !!!!
         
Le 2 avril a  Prague 1’35’30…..un mois après..2 MN EN moins Afficher l’image source
    
Bravo Virginie  !!!
Fidèle a toi même toujours dans le plaisir avec de superbes résultats