Archives de catégorie : Performances de nos membres aux divers épreuves

Cette rubrique est consacrée aux résultats des membres du CGFM

MARATHONIENNES … Bravo les filles

Il est de notoriété qu’une participation à un marathon reste l’un des défis que chacun de nous souhaite relever un jour ou l’autre au cour de sa vie de coureur.
C’est donc face au 42,195 km que nos amies Sophie, Sahra, et Sylvie se sont lancées à l’occasion la troisième édition du marathon de Colmar.
Toute trois « finisseuse » de l’épreuve elles partagent avec nous cette expérience avec beaucoup d’émotion

SOPHIE

J’ai adoré ce marathon du début à la fin! 

Pour commencer, Gérard a élaboré un super plan d’entrainement et il a été très disponible, c’était essentiel pour arriver prête et sereine le jour J et je lui en suis très reconnaissante. Ensuite j’ai partagé toute cette préparation avec Sarah, ce qui était génial car au-delà de s’entraîner de temps en temps ensemble, nous pouvions partager nos craintes et nos doutes, quand l’une avait un coup de mou, l’autre était là pour la motiver et la rassurer. C’est tellement intense, qu’on est pas trop de deux pour venir à bout de ces 10 semaines de préparation! Les jours qui précèdent, il y a eu les nombreux messages d’encouragements, je n’imaginai pas que ma participation à cette course allait susciter un tel intérêt. Se sentir autant soutenue par ma famille, mes amis, les copains du club, c’était très fort… Ça m’a donné beaucoup de force, j’ai emmené tous ces gentils mots, toutes ces gentilles attentions avec moi pendant la course et ils m’ont donné des ailes. Le jour de la course, dès le réveil, j’avais une pêche d’enfer et un moral d’acier. J’ai pris le départ en étant remontée à blocs et les kilomètres se sont enchaînés très facilement.

Une ambiance de folie dans les petits villages (mention spéciale pour Katzenthal qui m’a donné, l’espace d’un instant, l’impression que j’étais le maillot jaune du tour de France arrivant sur les champs Elysée), une organisation au top, des ravitaillement très bien fournis et très réguliers, de jolis paysages, une météo parfaite, des supporters en nombre… Je me rends compte à posteriori, que je n’aurai pas pu rêver mieux pour mon premier marathon.

J’ai vraiment apprécié, voire savourer chacun des 42 km qui m’ont permis de devenir enfin « marathonienne » (des années que j’y songeai). Je ne crois pas avoir ressenti le fameux mur… j’ai eu quelques douleurs, mes muscles se sont d’avantages crispés à partir du 32ème kilo mais c’était tout à fait gérable.  S’ensuit un petit moment de solitude dans les vignes après Sigolsheim, un tronçon moins investi par les supporters, baisse d’entrain, fatigue, baisse de régime, perte de vitesse et ce qui devait arriver arriva, mon meneur d’allure des 4H finit par me doubler… Au kilomètre 34, il me reste encore du chemin, je n’arrive plus à l’accrocher et il commence même à prendre le large. Avec lui s’envole mon espoir de voir encore le « 3 » sur le chrono horaire ( 3:59:59: mon rêve)… Arrivée sur Colmar, enfin!  Encore 2 kilomètres dans la ville, les encouragements sont de retour, la libération est proche, il me reste une centaine de mètres à parcourir et là surgit Maurice (il s’y connait lui en marathon!), il court avec moi, trouve les bons mots et efface instantanément la fatigue et les douleurs, je me permets même une belle accélération finale. La cerise sur le gâteau, Maurice laisse place à mes 2 enfants qui passent la ligne d’arrivée avec moi, on est tellement fiers tous les 3! 

Et voilà c’est fait en 4:04:36…

Je peux le dire maintenant, je suis MA-RA-THO-NIENNE!!!! J’en garderai un souvenir très fort émotionnellement, c’était incroyable de se sentir si soutenue, si encouragée, autant félicitée, c’est la plus belle des récompenses.

Big Up à tous les CGFMiens et CGFMiennes et spécialement à Maurice, Eric, Darek, Charlotte, Rodolphe, Maryline, Virginie, Sylvie, Thomas, Dominique et ma Sarah bien-sûr avec qui j’aurai tellement adoré passé la ligne d’arrivée. Et le prochain c’est sûr et certain, je passe sous la barre des 4H 

 

SAHRA

Voilà mes impressions suite à cette première expérience sur un marathon… Je me suis comportée en « bonne élève » et me suis organisée pour ne sauter aucun entraînement. La semaine qui a précédé le jour J, le stress a commencé à monter (peur de ne pas réussir à le terminer) ainsi qu’une douleur dans la face interne du genou gauche… mais forcément après toutes ces semaines d’entraînement la fatigue commence à se faire sentir … Dimanche 17 septembre me voilà prête dans ma tête et dans mon corps à affronter les mythiques 42,195 kms entourée de tous mes proches. Le départ est donné ! Ça y’est me voilà partie pour quelques heures de course à pieds. Je me sens bien, détendue, suivant le rythme que je me suis fixée. Passage place Rapp à mi parcours: sourire aux lèvres accompagnées par les meneurs d’allure 4h15 je me sens heureuse et bien, je n’ai pas vu défiler les premiers kms. Nous entamons la 2ème boucle…Je me sens en confiance tout en ayant conscience que cette partie sera bien plus difficile à gérer. Et puis soudain, ma douleur au niveau du genou se réveille de façon très vive, elle m’oblige à ralentir… j’espère que cela ne sera que temporaire et que d’ici quelques minutes je rattraperai les meneurs d’allure qui s’éloignent à vue d’œil Non cela ne se produira pas !!! je continue tant bien que mal à courir jusqu’au 30 ème km, puis je suis obligée d’alterner course et marche jusqu’au 39 ème, où grâce à un gentil monsieur, je retrouve la force de trottiner/ clopiner  jusqu’au 41 ème, où enfin j’aperçois une partie de mon fan club qui quelques centaines de mètres avant l’arrivée s’étoffera encore et m’aidera à finir mon 1er marathon en 4h53’48”. Quelle joie de passer la ligne d’arrivée entourée des gens qu’on aime !!!  Cette expérience a été en demi-teinte pour moi … bien consciente que ça ne serait pas simple je ne pensais pas souffrir aussi tôt sur le parcours … j’ai l’impression d’avoir vécu deux courses différentes.

Bravo a Sylvie qui a couru aussi le Marathon mais en escadrille (2 coureurs/coureuses qui s’ajoutent a la première en cours de parcours ) et Sylvie a couru la totalité du marathon car c’était la première a partir et a allez jusqu’au bout et cela en 5 h 42 .

Et n’oublions pas sur le semi  Helene Ehret  qui a terminer son premier Semi Marathon en 2 h 07  en se classant 1280 e sur 1618 arrivants.

ERIC en forme MICKAEL en souffrance

Le circuit emprunte les hauteurs de Gerardmer, La Roche Ferranti, Lac de Lispach, Sentier Morel, Les Champis, Les hauteurs de La Bresse, Le Lac des Corbeaux, Le Col du Bramont, Pont Jean Dzour, Lac de Blanchemer, Le Rainkopf, Le Lac de l’Altenweier, Mittlach, le KerbHoltz, Les Spitzkoepfe, Les Crêtes, Le Hohneck, Le Collet , Balveurche , Longemer , Les Plombes, La Chaume Francis, La Mauselaine, La Roche du Rain, Centre ville de Gerardmer, et retour au bord du lac

ERIC nous confirme que ce circuit n’est pas des plus facile mais présente des paysages magnifiques et des passages techniques des plus plaisants. 

Satisfait de ce premier ultra de 87 km et 4700 dénivelé + qu’il termine en 15 h 08″ il pense avoir géré parfaitement sa course terminant sans aucun soucis même surpris d’être en si bonne forme qu’il aurais pu encore aller plus loin !

 

Son classement prouve cette belle santé avec une 87e place sur 250 partants et une bonne cinquantaine d’abandons dont Michael qui malgré des soucis gastriques a tout de même tenu 12 h 48″ et 70 km 

Michael nous détail sa course et ces déboires qui ont aboutis à son abandon: 

Apres un abandon il y a quelques semaines sur le Grand Raid 73 en Savoie au km 34 (sur 73 km), un nouvel abandon à mon actif pour 2017!

Mais soyons positif avec un record de distance (70 km), de dénivelé (4000 m+) et de durée (+12 h).

Départ tranquille avec mon ami Eric pendant quelques kilomètres avant de partir un peu devant.

Aucun problème pendant la première moitié de la course avec une bonne gestion de l’effort et de la nutrition, mais comme souvent, vers le km 45 les nausées et premiers vomissements. Je parviens a me réhydrater et à recoller avec mon petit groupe (avec la 2e féminine qui terminera 3e) et on arrive au pied du Hohneck au ravito du km 50. Je prends mon temps pour essayé de me remettre en état … sans succès. S’en suit un montée en enfer, avec arrêts et vomissements compulsif, la déshydratation et hypoglycémie. J’arrive au sommet, je redescends sur le ravito du km 60 et j’y reste plus de 30 minutes pour me refaire…mais rien à y faire. Eric me rejoins rapidement, mais repart sans moi pour finir sa belle course. Moi je repars au mental, qui tient malgré tout…mais le corps ne tient plus. Apres la descente jusqu’au Lac de Lispach, je ne peux plus courir sur le plat, la déshydratation est bien là, hypoglycémie aussi.

La tète accepte enfin que mon corps a dépassé ses limites…

Une course magnifique, exigeante, de bons moments passés avec Eric, une belle solidarité entre coureurs, et un combat contre moi même. Une satisfaction d’avoir réussi déjà beaucoup, et une tristesse de ne savoir que faire pour passer ce cap.

Mais j’y arriverai pour continuer à bien représenter le CGFM dans nos belles contrées Alsacienne…et Vosgienne 

 

 

PODIUM de Frédéric au tour du Giffre

FRED à effectué le tour du Giffre -33km et 2250D+ à Samoëns le samedi 17 juin

Non content de sa 34ème place sur 389 participants et une très belle huitième place en V1 en 4h40’51’’ sur cette épreuve a participé le dimanche matin au kilomètre vertical (1,980 km pour 1000D+) et se classe 23ème avec un temps de 51’28’’ ce qui lui vaut la troisième marche du podium en V1. 

Et avec son éternelle modestie Frédéric nous confie:
« Je suis très content car les courses de Samoëns sont très dures et le plateau était très relevé. »

Une fois de plus le CGFM a atteint des sommets grâce à des athlète comme Frédéric – Félicitations et Merci à lui 

NOS « ULTRA-CGFM » A LA MAXI-RACE 2017

« Le week-end dernier, 29 et 30 avril Frédéric Jeanpierre, Mathieu Clar et Michel Frechin se sont confrontés à différentes épreuves de la Maxi Race d’Annecy 2017.
Fred a relevé le défi d’une toute nouvelle épreuve, l’Ultra Race. Il s’agit de faire le tour du lac d’Annecy par les sommets environnants. La distance à parcourir est de 110 km avec 7000 m de dénivelé positif sur un terrain très technique.

Frédéric Jeanpierre

Mathieu a effectué la XXL Race, le même parcours que l’Ultra Race en deux étapes, l’une de 70 km le samedi et l’autre de 40 km le dimanche.

Mathieu Clar

Michel a participé à la Marathon Race le dimanche. Cette course de 42 km affichait un gros dénivelé positif de 2800 m.

Michel Frechin

Nous sommes tous les trois fiers d’être allés au bout de ces épreuves très exigeantes.
Il faut ajouter à la difficulté du terrain, la forte chaleur qui a fait de gros dégâts puisque près de la moitié des participants de l’Ultra Race ont abandonné.
Nos résultats :

Fred 246ème sur 900 inscrits

Mathieu 20ème sur 45 inscrits

Michel 887ème sur 1800 inscrits.
Petit commentaire de Fred

« Depuis six ans que je pratique l’ultra trail, je n’ai jamais été autant à la lutte dans une course. Je me suis senti comme le boxeur qui prend des coups et qui groggy doit sans cesse se relever ! Je suis donc fier d’être allé au bout du combat ! »

Les filles en force aux foulées d’Ungersheim

Course nature avec de long passage dans l’herbe et beaucoup de relances donc compliqué de faire une performance.

Par contre le parcours est super, forêt, ponts en bois, clairière, champs, on a même traversé le Parc du Petit Prince, les coureurs croisaient les visiteurs du Parc interloqués de voir la procession des coureurs.
Il y avait pleins d’animations musicales tout au long des 12km, des orchestres, différents groupes.
L’organisation au top.


Sophie : Il faisait très chaud (26°) du coup c’était encore plus difficile.
Hélène : C’était un très bon moment, et je suis contente de mon temps car j’ai même pu finir par un sprint !

RÉSULTATS SUR 516 PARTANTS/ARRIVANTS

330 1:11:28 ERHART Sophie

411 1:16:19 EHRET Helene

420 1:16:55 EHRET Lisa

461 1:20:39 HIRTH Sarah

473 1:22:02 HAEGELIN Virginie

510 1:30:10 MUNCH Sylvie

ERIC au Trail des Forts Toujours plus « forts »

Le Trail des Forts confirme son statut de plus grande course de nature de l’est de la France avec au programme de ces 48 km un dénivelé positif d’environ 1720 m…
Épreuve décidément atypique, mixant harmonieusement nature et patrimoine, le Trail des forts de Besançon de 48 km se distingue par son tracé technique au cœur des fortifications.

Eric nous présente cette épreuve et nous confie ces impressions après avoir relié l’arrivée 

« j’ai vécu des moments terribles  surtout au vu de la météo » mais très satisfais de moi vu les conditions pluvieuses, boueuses, car sur environ 700 partants et 586 finisher je me classe 176e dans un temps de 6h28 et 18e dans la catégorie V2H.

Le mur de Planoise, ou l’enfer du jour (montée sèche de 200m à plus de 60%)

 

« De la boue, à ne pas tenir debout et ceux qui y sont passés ont eu du mal a en voir le bout…Ça monte déjà en temps normal, mais là c’était apocalyptique…

 

Pas le plus « gros »  de mes trails mais un des plus difficiles pour cause de météo humide !

En conclusion… le Trail ça se mérite… et difficilement réalisable par les hamsters ! (pour la compréhension de cette remarque je vous invite a interroger Eric)

4 représentants du cgfm à l’élan des daims de Sentheim

Course des As
Très beau parcours de 15km / 400mD+ sur chemins ruraux, forestiers et de montagne dans les collines et plateaux de la montagne sous-vosgienne.

Sur 191 finalistes nos 4 membres nous gratifient de très belles performances 

Par ordre d’arrivée:

16e BIHR Frédéric Vétéran 1 Masculin en 01:14:44

54e WEBER Michel Vétéran 1 Masculin en 01:23:48

142e HIRTH Sarah Senior Féminine en 01:39:58

145e ERHART Sophie Senior Féminine en 01:40:48

Sophie – Michel – Frédéric – Sarah

5 mai 2017 le défis de sam

Avec une bande d’ultra traileurs(5) nous allons relever le défi de faire la traversée des Vosges par le GR5 comme l’a fait l’année dernière Stéphane Brogniart. Il l’avait fait dans le but de promouvoir le tourisme dans les Vosges. Du coup il a établi un tracé avec un record(mais on va pas le faire dans le but de battre le record). Il nous a transmis le tracé gpx et donc nous voilà parti pour le faire à 5 avec un camping-car qui va nous suivre pour faire les ravitos tous les 30km environ.

Pendant notre épopée nous invitons tous ceux qui veulent/souhaitent courir un petit bout ou un grand de chemin avec nous.

Nous allons relier tout au long de ce grand week-end du 8 Mai Abreschviller à Belfort.

Voici le tracé que nous allons emprunté : http://tracedetrail.fr/fr/trace/trace/18168

Nous allons partir d’Abreschviller le vendredi soir vers 23h30 et nous arriverons à Belfort quand on arrivera 😊

Sur facebook, il y a une page qui va être mise à jour par rapport à notre progression : https://www.facebook.com/groups/1837418119830330/?fref=ts

Sur cette page Facebook vous allez avoir le plan détaillé des arrêts que nous ferons avec la caravane qui va nous suivre. Je vais mettre en place un suivi en directe de notre progression avec un tracé Garmin via Facebook.

Sportivement

Sam

THUR TRAIL 2017

Michael et Eric ont représenté nos couleur sur cette belle épreuve de montagne disputée le 9 avril parmi plus de 250 participants… et une très belle performance de Michael qui nous gratifie d’une magnifique 47e place au général en 2 h 43 sur les 28 km et 1090 m du parcours. 

Quand a notre ami Eric il fini en 3 h 01 et avec 2 ampoules ( mais pas des leds )  ayant voulu tester des chaussures d’entrainement + légères … une erreur qu’il  ne refera pas !