Archives de catégorie : Performances de nos membres aux divers épreuves

Cette rubrique est consacrée aux résultats des membres du CGFM

UNE JOURNEE SUR LES CRÊTES .

 

En ces temps un peu spéciaux de pandémie  et si triste pour le sport ou d’innombrables évènements sportifs ont étés reportés voir annulés….

les Crêtes vosgiennes ont bien eues lieu !!!! 

(avec près de mille participants  sur le 33 km )

Apres plusieurs batailles / pétitions  nous avons vaincu  pour pouvoir vivre notre sport et cela  dans de bonnes conditions malgré tout  !

Bravo et merci a tout ceux qui ont œuvré pour .

———————————————————————————

Pour ce jour la un membre  de notre CGFM avait réservé une  belle surprise   a quelques participants  capables ,  donc  » privilégiés « …… de participer a cette :

45 ème éditions des Crêtes Vosgiennes ! ( un record )

la surprise était  : un transport en minibus !  et en plus « piloté  » par notre cher président  ! Un » privilège » de plus et idéal pour une épreuve de course en ligne .

Voici  donc les différentes impressions  / commentaires / photos recueillis après cette mini sortie club intitulée

 » une journée sur les Crêtes « 

 

Voici la composition de l’équipage minibus

a vous de distinguer les coureurs des autres….

ou inversement  

 

Bon je vous aide…

 les coureurs  .

 

puis le pilote chevronné et ses copilotes : 

le pilote bien accompagné !

 

Puis nous avons étés rejoins par une photographe de luxe    !

            Laura ( en premier plan )

 

Voici nos concurrents CGFM dans l’ordre de  départ , a raison d’un départ toutes les  3mn par vagues successives de 50 coureurs divisés par groupe de 10   , qui ne sera pas tout a fait l’ordre d’arrivée…

Gaël , pour qui c’était une première sur cette distance s’est fait  plaisir pendant….3 h 26 mn pour finir a une belle 189 eme place

c’est parti pour Gaël :

son départ 

 

en course

et l’arrivée avec son Papa !

Gaël :

« Une superbe course. En surplomb là-haut, quels paysages! Dommage qu’on ne puisse pas y faire plus attention, car ce à quoi il faut faire attention prioritairement, c’est là où on met les pieds. Quel caillasse! Et c’est épuisant de devoir lever les pieds, deux fois plus d’effort qu’en courant normalement. Bref une course difficile mais exceptionnellement belle! Et très bien organisée. J’appréhendais un peu à cause des mesures anti-COVID, mais la course a su rester conviviale (et l’expérience en groupe et minibus y a contribué). Et les départs en vague de 10, très agréable, à refaire même hors période COVID (mais j’imagine que ça doit demander de l’organisation). Et enfin, niveau organisation, merci à la nôtre! Partir en groupe en minibus, c’était super, et ça a fortement contribué à la convivialité du moment! « 

 Bravo Gaël !!!     

Didier  ( 2 ème participations  aux Crêtes  33 km ) s’est élancé a son tour….

Départ 

que du bonheur !

son arrivée  .

 

Didier :

Merci a Eric pour la confiance en moi  ( le secret de cette sortie minibus )

Un grand merci  tout particulièrement a notre chauffeur …

et aussi aux encouragements de nos suiveuses sur toute l’épreuve

je m’étais dis la veille : fait cette course « en dedans » et je m’en suis tenu   :   résultat   3 h 30 mn  210 eme place. , super dimanche passé avec un groupe esprit trail collectif  , a refaire .

 

Au tour de  Fred  :

     départ !

   en chemin … décontracté  et  belle allure .

    ça descends…

   

         ça monte ..

normal c’est les crêtes !  

   A l’arrivée

3 h 50 mn et 410 eme place .

Fred :

« Cela fait longtemps que je voulais participer à cette course dont j’ai souvent entendu parler.

Je n’ai pas été déçu : une belle organisation, de très beaux paysages notamment au niveau du Hohneck et une ambiance au rendez-vous malgré les règles sanitaires.

Ma course s’est bien déroulée malgré les nombreux pièges. Il fallait faire preuve de prudence pour ne pas tomber.

Je me l’étais interdit car mon genou gauche est encore fragile.

J’ai passé une superbe journée avec une partie de la belle famille du CGFM.    

Je tiens à remercier Eric pour l’organisation de cette belle journée et Bernard pour sa gestion admirable de la logistique. »

 

puis Rodolphe pour qui  c’était aussi une première sur cette distance est parti avec le sourire !

gooo 

ça commence a bien faire …grrrr 

             je l’aurais …..

            victoire !

Terminé avec  le bonheur de l’avoir fait !

Belle attitude ! Bravo Rodolphe ! 

4 h et 12 mn et 623 ème .

 

Ensuite Eric s’est élancé pour la 8 ème fois .. sur ces Crêtes Vosgiennes .

 

départ relax

tiens .. la ça grimpe tout de même !

Eric : pour cette année ou je reviens doucement mais surement de blessure  , ces crêtes version inédite 2020 était un bon test  pour voir si je tenais la distance  sans avoir trop de soucis .

Test réussi malgré une chute sans conséquence et le tout en accompagnant sur une grande partie la seule féminine cgfm du jour qui a osé monter sur ce 33 km et une arrivée sans soucis !

contrat rempli .

c’est par la 

 Un très bon présage pour la suite . que du positif pour réenvisager de monter plus haut….

(4 h 07 mn 575eme .)

Voici venu le tour de Muriel pour qui c’était aussi une toute première fois en montagne sur cette distance .

Pas de photos   de son départ  … surement partie trop vite pour la photo !!! Afficher l’image source

Par contre sur cette photo …. elle n’a pas été loupé par ce photographe la….   

 

sur les hauteurs ..

moins facile la …

 

mais un coucou plein de bonheur a arrivée  !

 

super Muriel .

Une belle arrivée avec le sourire et surement un grand bonheur de l’avoir fait !     le tout en  4 h 06 mn 569 eme et aussi 6 eme féminine de sa catégorie !

Muriel : 

« Ma 1ère course 2020, les Crêtes vosgiennes, l’une des plus belles courses que j’ai faite, l’une des plus dures aussi.

Une édition forcément particulière au regard des conditions sanitaires, mais l’organisation était top.

Les premiers 20 kilomètres étaient fabuleux, succession de montées et de descentes, paysages magnifiques avec une vue imprenable sur les Vosges et la Plaine d’Alsace, je n’ai pas vu le temps passer. Je n’en dirais pas autant des 13 derniers dans les cailloux, les yeux fixés au sol pour éviter de tomber. Mais arrivée entière et presque en pleine forme …

Un grand merci à Eric qui m’a accompagnée et qui s’est mis à mon rythme pour terminer avec moi ! Ses conseils + entrainements ont été précieux. »

 

Bravo Muriel   

 les Crêtes vosgiennes : une successions de montées /descentes plus ou moins difficiles et des paysages très jolis !

A noter que l’ordre de départ n’est pas tout a fait l’ordre d’arrivée…

Bravo a vous tous d’avoir bien terminer cette épreuve pas facile du tout  , surtout la dernière partie ou la chute n’était jamais bien loin… pas eu de bobos  , c’est l’essentiel et une arrivée pour chacun avec le sourire !

Un grand   Merci a Bernard ( mon complice dans cette surprise ) , Petra , yasmina et Laura qui tout au long de cette journée nous ont accompagnés  , encouragés , photographiés et félicités malgré des conditions climatiques pas au top pour eux  , vent  bien frais sur les Crêtes . 

 

Petra » c’était quelque chose de nouveau pour moi et ravie d’avoir accompagné et soutenu mon club « 

     C’était une journée sur les Crêtes réussie !

                une mini sortie club mais un maxi plaisir !

également une grosse pensée pour Jean-Paul
qui aurait du être des nôtres mais a du s’abstenir pour raison de santé en dernière minute .

Bon rétablissement J-P !!! 

 

quand s’rais plus grand veux faire pareil  ! 

et il y avait aussi le 13 km ( dernière partie du 33 km  )

ou 2 concurrentes cgfm ce sont alignées  :

 

LISA  et MARTINE  D .

Lisa :

« 13km sur nos belles montagnes Vosgiennes avec un départ tout droit dans le pentu de la piste du Schlucht et bien masqué. Parcours avec de superbes vues à couper le souffle (vallée, lac vert, tanet…) et varié entre champs de pierres, cailloux et autres racines et trous … 🙂 Finir entière avec ces deux genoux et en ayant pris du plaisir c’est bien 😋. « 

    et le sourire a l’arrivée !

Bravo Lisa  !  

Puis Martine :

même pas peur avant le départ …

Martine  :

« J ‘avoue j étais impressionnée et j ai trop aimé et la vue..waouh !

    

Ma première aux crêtes Vosgienne.. mini crêtes13km et 450d .. en 2h03..Finish 😉

 photos de Martine .
Bon j ai un peu ralentie la peur de déraper je me suis tordue la cheville du coup (poste de secours 30mn après mon trail 🤔) aujourd’hui tout va bien plus de douleurs j ai descendue 101 escaliers…ce matin 😂
Tout ça pour dire je pourrais le refaire

Bravo Martine ! 

Bravo a ces 2 concurrentes cgfm car ces 13 km  ne sont pas les plus facile  , bien au contraire  !!!

 

Prochain article :

une autre sortie club mais sans la surprise !

 

Semi de Mulhouse version inédite avril 2020

 

Le CGFM a nouveau très bien représenté a cette épreuve !

(autant coté  bénévoles que  participants .)

« petit » résumé de cette aventure hors du commun  :

Après un bel hiver d’entrainement approprié, nous voilà le jour de l’épreuve.
Nos entraîneurs nous ont préparés consciencieusement à cette épreuve phare de l’année.
Eh oui, c’est ce soir, départ à 19 h 30 au stade ou j’ai l’habitude de m’entrainer.
J’arrive au stade à 19 h, plein de monde, je retrouve mes copines et copains d’entrainement .
Je prends mon dossard auprès de Christine et Gaëlle, toujours disponible pour donner un coup de main.
Philippe est là pour nous échauffer, petit footing de 15 mn, puis 3, 4 accélérations sur 80 m.
Après de longs mois, il va enfin savoir si son entrainement a été bénéfique… Il est pâle…

Un léger frisson me traverse et je fais enfin connaissance avec cette fameuse « boule au ventre », mais
c’est quoi cela ?
Et voilà que mon cerveau commence à cogiter, ais-je tout fait pour que cette course soit une réussite ?
suis-je vraiment prête ?
Pourquoi me suis-je engouffrer dans cette galère ? Je ne peux m’en prendre qu’à moi, pendant que
Philippe nous expliquait la séance, je bavardais avec mes copines.
Et après je ne savais pas quoi faire… C’est tout moi ça.
Vais-je tenir ce semi-marathon ? j’ai peur…

Je rigole avec les copines, mais ce n’ai pas mon rire habituel, j’ai des frissons. Caroline est pâle également
et ne parlons pas de Nicole…Sandrine fait de gros yeux, je ne la reconnais plus….
Tiens, Géraldine vient de m’enlacer, elle a vu que je n’étais pas trop bien mais elle aussi a froid, pourtant
il fait un super temps d’été aujourd’hui.

Le speaker annonce « départ dans 10 minutes » holala…Je suis dans la masse de coureurs, 2000… le stade
est plein, mais rien à voir avec l’épreuve des Mulhousiennes ou j’étais à l’aise, sans chrono, une belle
ballade, quoi.
Salut Estelle, Muriel, Petra, Yasmina, Sylvie, Camille, Viviane, Lisa, Elsa, elles sont toutes là à piaffer…
j’en oublie, la majorité des filles sont présentes.
Sophie et Sarah, vieilles routinières de marathon…….. sont toutes cool.
Les haut-parleurs hurlent … petit échauffement pour tout le monde sur la ligne de départ, je suis déjà
tout essoufflée, mais qu’est ce qui m’arrive ? Tout le monde s’active.
Départ dans 5 minutes, je n’en peux plus, je ne sens plus mes jambes, les frissons reviennent, mais
qu’est-ce que je fais là ?
Je vois mon mari dans les tribune avec les enfants qui me fait un signe, j’aimerai être à sa place et
pourtant j’ai tellement bossé pour ce jour, mais qu’est ce qui m’arrive ?
Mon homme me poussait régulièrement tous les mercredis soirs pour que je rejoigne le stade, et je
n’avais pas toujours envie.
Tiens, voilà Laura, Elisabeth et Anne, elles m’encouragent mais elles sont pâles comme moi.

2 minutes, je ne tiens plus, on se bouscule, les mecs jouent des coudes pour aller vers l’avant, pas trop
cool, je suis noyée dans la masse, j’ai froid, je tremble, mais pourquoi je réagis ainsi, je ne sais plus où
j’en suis.

Je vois le starter qui vérifie son pistolet – 1 minute – il lève son bras 5, 4 , 3 , 2 , 1 Boum, et c’est parti.
Tout le monde s’affole, ça bouscule de partout, ça libère les gosiers, tout le monde aspire à cette
libération tellement attendue, ça pousse à gauche, à droite, derrière… Je ne sais plus où je suis.

Maintenant, c’est parti, ma fille, tiens c’est drôle, d’un coup, je n’ai plus peur, ma tête se libère, mes
jambes tournent bien, c’est agréable, tiens, il est beau ce blond qui me dépasse, arrête, pense à ta
course, je n’en reviens pas, mais que se passe-t-il donc ?

Nous sortons du stade, boulevard Stoessel sur la piste cyclable, pont Nessel à droite, vers l’école des
beaux-arts, les copains du club qui ne courent pas sont là en signaleurs et nous montrent la direction,
merci les gars, Jean Christophe m’encourage, il est adorable. On me double à gauche, à droite, mais je
reste sereine, tiens, voilà Marine, quelle belle allure.
Déjà le premier kilomètre, mais c’est incroyable comme je me sens bien, ne pas s’affoler, reste bien dans
ta course, j’entends la voix de mes entraineurs «prends ton rythme de croisière, ne t’occupes pas des
autres» regarde ta foulée, pose ton pied correctement…
Et voilà Anne qui me dépasse en me donnant une claque sur les fesses, toujours le sourire ma belle
Anne. Comme elle a progressé. Va Anne, je te retrouve à l’arrivée.

Kilomètre 4 – nous rentrons en ville, rue Ste Catherine, priez pour moi… tout va bien, il y a du monde
autour de moi et je me sens comme portée par tout ce flot.
5ème kilomètre, j’ai soif, il fait chaud, nous sommes devant la chambre de commerce et je profite du
ravitaillement tenu par la famille de Gégé. Merci à tous.
Dominique, notre trésorier nous indique la direction à prendre, nous passons sur les berges, Petra et
Yasmina passent comme des fusées, suivies de Laurence, Christelle et Frédérique.
Et nous entamons la longue ligne droite sur les berges. Mais c’est incroyable comme je me sens bien,
merci mes entraineurs. Je ne pensais jamais être capable d’être aussi bien dans une course.
Nous passons la Filature et je suis toujours bien.
Kilomètre 10 – le deuxième ravito, tenu par le comité des Mulhousiennes, merci les filles, c’est grâce à
vous que je me suis licenciée au CGFM, un gobelet d’eau une petite tranche d’orange au passage, merci
et c’est reparti.
Et le parcours continu, tout un groupe de filles me dépasse, Donata, Coralie, Mélanie, les deux Catherine,
l’autre Estelle, elles courent ensemble pour se motiver, quel rythme diabolique pour moi, mais toutes
m’encouragent. Bravo mes copines, c’est super.
Ola, que se passe-t-il, j’ai mal au mollet droit, il ne manquait plus que cela, j’étais tellement bien, pas
maintenant, non, calme, calme ma fille, respire, ajuste ta foulée, décontractes toi, ça va passer, maitrise
ton mental.
Je vois Elisabeth de l’autre côté de la rive, avec sa grande foulée, je suis contente pour elle, elle est
vraiment très loin devant moi.

Je me rend compte que je dépasse des gars, je suis fière de moi et en plus, ils m’encouragent, c’est
incroyable cette ambiance.
Rue de Pfastatt, longue ligne droite, vivement la fin de cette rue, le journal l’Alsace….

KM 15 – plus que 6 kms, mais mes jambes commencent à s’alourdir, mon souffle n’est plus le même, je
cherche de l’air, un point de côté, respire ma fille ça va passer. Pas de crampe svp, non, pas cela, je
m’arrête, je me masse le mollet un peu et je repars. Tu ne vas pas arrêter ici, en pleine ville, si près du
but, arrête de gémir, tout le monde est dans ton cas, mais cela devient de plus en plus dure. Maîtrise ton
mental ma fille, combien de fois on te l’a dit. Mais je tiendrais, pour moi, bien sûr, pour mes copines,
pour mes entraineurs, allez…
Rue du Château Zu Rhein, pas loin du stade, je m’approche…
Le souffle devient plus court, mes cuisses se durcissent, plus que 2 kms, et voilà le Drive Leclerc où j’ai
attendu ma copine pour le relais de l’année dernière. Je suis fière de moi, maintenant je sais que j’irai
jusqu’au bout… Traversée du champ de foire pour retrouver le parcours Viviane que nous avons
inauguré cette année, parcours que j’ai fait de nombreuses fois avec les copines, et voilà le pont Chinois
que je connais bien et de l’autre côté du pont, nos vestiaires où nous nous retrouvons tous les mercredis
soirs.

Je suis bien, maintenant, c’est gagné, j’irai au bout, j’en pleure, je suis tellement contente, entrée à
l’arrière du stade, je vois la ligne d’arrivée, ça y est, j’ai réussi mon premier semi-marathon. Je suis folle
de joie, les copines qui m’ont devancée sont là pour m’accueillir, nous nous tombons dans les bras, les
entraineurs sont là et fiers de notre performance, nous attendons les autres filles pour les féliciter. Tiens,
voilà Marie, elle n’a pas couru, c’est bizarre, je l’ai vu partir dans les premiers pourtant … mais elle est
déjà douchée, incroyable cette fille tout comme Chantal, déjà douchée également, des femmes
superbes. Toutes les filles sont trempées de bonheur, heureuses et fières.

Voilà, c’est fait, en fin de compte ce n’est pas si dur que cela un semi-marathon, je m’en faisais toute
une montagne. Je suis certaine que l’année prochaine avec les copines nous tenterons de passer un cran
au-dessus « un marathon » , mais cela est une autre histoire et maintenant, profitons de l’instant
présent.

 

Bravo a vous tous  , qui pour participer a ce Semi inédit …

avez bravé le couvre-feu et autres restrictions en cours  rien que pour le plaisir de participer , d’exister pendant ces moments difficiles .

Mais le plus grand Bravo est pour celui qui a fait couler plus d’encre que vous n’avez mouillé le maillot ce soir la  …

 

NOTRE  PRESIDENT  !!!

Bravo Bernard  Smileys animés clin d'oeil

 

 

On pourrait en faire un roman !

 

a  suivre …

Trail du petit ballon 2020 .

3700 participants 4 distances …

La plus grande manifestation trail de l’est de la France .

13 concurrents CGFM recensés .

sur le 8 km( 376 arrivants ) : 4 féminines et nouvelles au club…
Bienvenue  ! 
154 eme  : Celicia en 52 mn        Bravo  !

 

et puis toutes 3 : Sandrine W / Géraldine / Viviane A  en 58 mn   266/267/268 eme dans le même temps    

Ce mini trail de l’âne : Un défi, sur proposition de Sandrine. Ni elle ni moi n’avions encore fait de trail. Notre premier ! Géraldine s’y était déjà un peu essayée 

La distance nous paraissait à portée . Ce n’est qu’après être inscrites que nous avons réalisé que ce trail démarrait avec 4 km de D+ 😅
Mais on est des filles courageuses, gonflées par la confiance de notre coach. Alors dimanche matin on y est allés en confiance et avec le curiosité de découvrir la discipline.
On s’est vite séparées … chacune appréhendant montées marchés ou trottinés , descentes à allure folle ou prudente ….
Et en 58 mn et 42 s Nous avons fini ensemble main dans la main !
Une très belle aventure 😍

Viviane .

Bravo a vous quatre !

————————————————————————-

sur le 16 km  : 2 concurrents .

( 788 arrivants sur cette épreuve )

a une très belle 45 eme  place  :  Fredo en  1 h et 17 mn !

et Jean-Christophe 245 eme en 1 h 36 mn .

 

Si vous ne connaissez pas le plus bel endroit au monde, alors vous n’avez jamais participer au TPB. Sur le 16 km, un paysage magnifique, où tout le monde y trouve son bonheur. Rendez vous compte, on a couru sur des calcaires à pelouse sèche, on se croirait au bord de la Méditerranée. Ensuite on attaque du vrai bon grès des Vosges, pour finir dans les galets du Rhin.
La géologie c’est bien, mais faut des pattes pour courir dans ces endroits. J’en avais un peu jusqu’à ce que je regarde ma montre. Grosse erreur, surtout que j’ai mal lu. J’étais parti pour 2 heures sur le 16…. Un truc à vous faire marcher… Puis je regarde de nouveau, et là bonheur, tout va bien. Donc je re-cours. La descente vers l’arrivée est un plaisir. (j’ai deux amis qui tiennent le stand de bière).
Ce trail est vraiment chouette, les gens du club sont très sympas. Je le ferai tous les ans, sur une distance ou une autre.

Jean-Christophe .

—————————————————————————-

 sur le 28  km (960 m D+ ) la parité est respectée !
            2 féminines /2 hommes

 

Didier B  en  2 h et 36 mn et a la 143 eme place

Pour ma part j ai fait un début de course prudent car j étais un peu dans l inconnu de ma préparation sur cette distance en début de saison et aussi de ma récup …( car j était au thm dimanche dernier )

un petit coup de mou au 17 km et la je savais qu’il fallait gérer ma fin de course.

j ai fait cette course pour être , peut être , au championnat de France de trail court à Salers le 23 mai …

Didier.

suivi  de très près par Gaël 

 ( 38 secondes plus loin…) 148 eme place .

Une super course, avec de très beaux paysages et un parcours très agréable !

Gaël.

Bienvenue au club Gaël   

Coté féminin  : 

 Maryline en 3 h 34 mn et une 872 eme place .

son récit :

« une météo agréable, beaucoup plus agréable que l an dernier !
J’ai très bien géré ma course et mes 28km, j’ai pu croisé des membres du club le long du parcours : Éric, Gérard, Hélène. C’était bien sympathique d’avoir des encouragements.
J’ai gagné 14 mn par rapport à l an dernier (oui 3h34 et non 41 car ils ne prennent pas en compte ton passage sous le départ !!!)
Par contre du monde au départ… Et marcher dès le début suite aux bouchons… Bof.
Pas mal de boue également (merci le gainage !), et dans la forêt il y avait des dégâts suite au vent de la veille.
J arrive avec le sourire, sans bobo, en forme et vivement la prochaine !  » 

Maryline.

 

et Severine en 3 h 49 mn / 932 eme place .

Bravo et merci  d’avoir pris le temps de poser pour le photographe !

          quelques secondes  de perdues n’est rien par rapport au bonheur ressenti  ….

————————————————————————-

un peu plus loin … plus haut … le 54 km et ses 2300 D+ .

( ultime montée avant le sommet )

4 adeptes du trail longue distance était au départ  !

( 876 arrivants )

Jean Paul / Eric /Michael / Sam .

         

 

 Un Grand bravo a Michael pour avoir bouclé son  TPB 2020  en……

6 h 09 mn !!    et  une honorable 95 eme place  !

( 6h51 en 2019 )

Je prends le départ comme pour les 4 dernières années de ce Petit-Ballon version 55km, en bonne forme après un trail de la Moselotte réussi. Un mot d’ordre, bien gérer la course, pas comme l’année dernière où j’avais fait une hypo.

Pour résumer: de bonnes sensations tout le long, bien géré le glouglou et miammiam, les différences de températures et le vent. Petite gêne au ventre au bout d’un moment quand même et une douleur à la hanche sur la fin mais rien pour m’empêcher de remonter au classement pendant toute la course pour fini avec cette perf dont je suis très content !! 

Et le plus important, j’ai quand même fait mon petit vomito à la fin , en me mettant dans le rouge pour doubler un autre concurrent lors du sprint final!

Michael .

suivi d’un peu plus loin par Jean-Paul qui termine en 6 h et 32 mn.

(160 eme place  )

Et c’est reparti pour le « traditionnel » trail du Petit Ballon ce dimanche 01 mars. Une « petite » sortie de 55kms pour 2400m de D+.

On a de la chance avec le temps, ce n’était pas gagné avec les conditions météo des jours précédents ! J’ai le plaisir de retrouver Michael et Éric au départ et toute l’équipe du CCA Rouffach, mon ancien club.

Comme d’habitude je pars assez vite pour ne pas être gêné et pouvoir ensuite adopter mon « rythme de croisière ». Le début du parcours est toujours aussi sympa dans les vignes avec une belle vue sur la vallée noble.

A un moment, Michael me rattrape et me lâche doucement mais surement, il est en forme et prendra sa revanche par rapport à l’an passé . La fin de la montée du Petit Ballon se fait en partie dans la neige et surtout avec un vent violent, heureusement de dos. La descente se fait par contre dans la boue, le sol est très glissant, mais après qq belles glissades et chutes et qq kms, les vignes sur les hauteurs de Rouffach sont en vue.

Voilà, c’est l’arrivée, un peu plus de 6h30, une 160ème place au « scratch » sur plus de 1000 coureurs au départ, une 4ème place dans ma catégorie (médaille en chocolat !) Encore une belle journée de trail, organisation et ravitos au top, que du bonheur!!

Jean-Paul.

et encore un peu plus loin Sam en 7h 45 mn .

Puis Eric V .

Etant inscrit depuis fin 2019….J’avais décider de prendre tout de même le départ de ce trail que je connais très bien pour l’avoir déjà fait une dizaine de fois , tout en sachant que cette fois ci  je n’irais pas loin ….. car je ne suis toujours pas rétabli de ma blessure , donc ce fut une ballade en queue de peloton , une façon de voir les choses autrement  et d’admirer les paysages .

Eric .

La fin du peloton …

Encore Bravo a tous d’avoir participé a cette épreuve  avec toujours l’envie d’y revenir  !!! .

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ULTIMATIVER ULTIMO ULTRA de Fabienne .

Fabienne nous raconte son périple et une belle surprise  :

Samedi 28/12 a eu lieu l’Ultimative Ultimo Ultra. C’est une course « particulièrement originale » entre Sarreguemines et Konz, en Allemagne. 110km à longer la Sarre avec 80% de bitume et 20% de chemins.

Vendredi 27/12 au soir : il faut, tout d’abord, trouver la petite ville d’arrivée pour y déposer la voiture. Puis, prendre un 1er train de Konz à Sarrebrück. (1h30 de trajet). Voilà qui est fait.

Nous voici, à 23h au Mcdo, face à la gare de Sarrebrück. Là, 2 organisateurs nous distribuent les dossards car nous sommes une trentaine de coureurs, sachant qu’il y a 2 distances au programme (110 et 65).

Après un petit briefing dans le hall de la gare (ne parlant pas un mot d’allemand, je n’y comprends rien….tant pis…place à l’improvisation ! Nous embarquons tous dans un tram-train reliant Sarrebrück à Sarreguemines :30 minutes de trajet.

Il est 0h10 lorsque les portes du tram s’ouvrent à Sarreguemines… et marquent le départ de la course (pas de compte à rebours, ni bang, ni organisateurs-chronométreurs !  On saute du tram…et on court !

Tout ce que j’ai compris est qu’il faut longer les berges de la Sarre, en suivant l’itinéraire cyclable correspondant. (Ah oui…..j’oubliais….il n’y a pas de balisage..)

Bon…. la course démarre tranquillement. Je suis partie avec un copain. On se retrouve en queue de peloton.

Fait nuit…ça caille…les kilomètres déroulent et au 20ème kilomètre, j’abandonne mon coéquipier et décide de remonter doucement, place après place et autant vous dire que, compte tenu du nombre réduit de coureurs, on se retrouve quasiment seul en permanence.

A chaque embranchement, je vérifie à 2 fois les panneaux et ma trace GPS pour m’assurer de ne pas me perdre. Manquerait plus de ça…

Vers 4h du mat’, j’enfile une couche supplémentaire anticipant ainsi les heures les plus froides, généralement entre 4h et 7h.

Je remonte, double, remonte, double….

Il y 3-4 ravitos le long du trajet. Celui du 65ème kilomètre marque aussi l’arrivée de la « petite » distance. J’y demande du thé, on me tend du vin chaud !

Après le 70ème kilomètre, je ne vois plus personne. Je me dis que les premiers sont bien plus loin. J’accélère…je devrais bien récupérer encore 1 ou 2 places.

Effectivement, peu après le lever du soleil (magnifique !!!!!) je reviens sur un concurrent et le double , Il reste alors 15 kilomètres. Zut alors….je mets bien du temps à voir le prochain coureur devant moi !

Je me perds et vendange quelques kilomètres (cela devait arriver…) et loupe un ravito. Pas grave ,  Je me retrouve sur la mauvaise berge de la Sarre. Mais, pas de panique, je devrais retrouver l’itinéraire.

A 3 kilomètres de l’arrivée, je me fais une raison. Je ne reviendrai pas sur le coureur devant moi.

Arrivée ! Une petite salle. Je pousse la porte. Un (et un seul!) type de l’organisation est assis en attendant les arrivants.

Il me sert la main…bravo…etc….

Comme je ne comprends rien à ce qu’il me dit, je lui demande 3 fois combien de coureurs sont déjà arrivés.

Et, là…je capte enfin que j’ai gagné !! trop drôle !!

Et moi qui me suis mise dans le rouge pour gratter une ou deux places supplémentaires !

11h54mn  de nuit, de froid, de solitude, mais aussi et surtout, de paysages magnifiques, d’aventure, de sourires, de rires.

J’ai adoré cette course originale.

A conseiller +++ aux débrouillards solitaires.

Et, pour la petite histoire, la même épreuve a lieu début juillet. Une version estivale pour les plus frileux.

 

Scratch↓ Performance↓ Nom de famille, Prénom ↓ Club↓ Nat.↓ Année↓ sexe↓ Place sexe↓ Cat.↓ Place Cat.↓ Vitesse km/h Performance corrigée par âge↓
1 11:55:30 h  Gehin, Fabienne Club Grand Fond Mulhouse FRA 1977 F 1 W40 1 9.224 11:24:23 h
2 12:54:10 h  Weber, Maximilian GER 1990 H 1 M20 1 8.525 12:54:10 h
3 13:19:15 h  Grossmann, Rainer TV Haibach GER 1957 H 2 M60 1 8.258 10:41:39 h
4 14:00:00 h  Müller, Markus Lauftreff Bliesgau GER 1972 H 3 M45 1 7.857 12:52:23 h
5 14:15:20 h  Conraux, Emmanuel FRA 1968 H 4 M50 1 7.716 12:39:53 h
6 14:18:10 h  Fasel, Norbert LSF Münster GER 1965 H 5 M50 2 7.691 12:22:19 h
7 15:21:30 h  Glöckner, Sabrina LG Muli GER 1981 F 2 W35 1 7.162 15:03:49 h
8 15:21:30 h  Reis, Michael LG Muli GER 1976 H 6 M40 1 7.162 14:35:59 h
9 16:29:00 h  Winde, Matthias Landau Running Company GER 1976 H 7 M40 2 6.673 15:40:09 h
10 17:49:00 h  Möwald, Reiner Gutsmuths-Rennsteiglau… GER 1971 H 8 M45 2 6.174 16:14:37 h

 

Résultat de recherche d'images pour "image de podium feminin"       

Bravo Fabienne

Un très beau résultat qui montre que les femmes sont tout a fait capable de faire mieux que les hommes dans ce domaine qui est de         » l’endurance  » car elles ont une très bonne gestion de l’effort .

  Une grande qualité  féminine  sur les Ultras .

exemple a suivre messieurs .     

2 Marathons pour 5 Cgfm …

Dernièrement ont eu  lieu  2 Marathons hors de France ou le Cgfm a été représenté :

le 20 octobre 2019 Amsterdam

3 cgfm.

Sophie + Gaëlle y était !

Sophie nous raconte ….

Profiter d’Amsterdam pendant quelques jours avant le jour était un grand moment aussi .

L’ organisation parfaite, l’ambiance assurée tout au long du parcours qui était assez plat avec de longues lignes droites idéal pour claquer un temps …
L’arrivée a étée une libération et la fin d’un long chemin de croix… mais le bonheur d’être eeeeeenfiiiiin arrivée, le soulagement de savoir que la souffrance va cesser mais aussi la déception de voir mon chrono …

malgré tout ça : la satisfaction d’être allée au bout de moi-même et la fierté de ne pas avoir abandonné !
 mais toujours un peu d’inquiétude pour Sébastien que je savais mal en point….

en résume beaucoup d’émotions mêlées !
Finisher des  42.195 km en 04:39:55 .

 

  

Au tour de Gaelle   :

j’ai cherché un marathon d’automne pour caler une prépa à cette période plutôt qu’au printemps. Cela correspond aussi à la période de New York et j’avais envie de tester pour en tirer s’il le fallait …quelques conclusions .

l’avant course le samedi avec les copains, le départ, les quelques foulées partagées au départ avec Seb avec une grosse impression du coup de m’être trompée de sas!), les premiers kms avec Sophie qui avait la banane, les animations,les encouragements, le déroulement sans gros accro de ma course et le repas d’après course ont étés de super moment de ce week !

Une belle organisation  du  le retrait des dossards jusqu’au départ de la course…j’ai eu a peine le temps de dire ouf et c’était déjà le départ de mon sas !

Avec une préparation éclair en 8 semaines qui s’est plutôt bien déroulée. Ayant été blessée au printemps (dont 2 mois d’arrêt), j’ai jonglé au mieux avec d’autres sports (vélo) pour augmenter le volume et arriver en forme au début de cette prépa. Assez contente du résultat :

Finsher en 4:13;33 .

Bizarrement l’arrivée ne m’a pas particulièrement procurée d’émotion, hormis le fait d’en avoir fini  … tout en ayant profité du parcours pour faire ma ballade touristique !

Un peu surprise de ne pas trouver Sophie…Je ne savais pas que je l’avais doublé. ..  un peu d’inquiétude .. et aussi pour Seb que j’ai croisé au 35ème km , grelottant de froid sous sa couverture de survie , blessé , Il m’a fait de la peine …  et j’en ai presque oublié mon arrivée !

Maintenant …  New York baby!!!!! Let’s go!

 

Au tour de notre ex président Seb de nous parler de son week :

Avec une préparation qui s’est déroulée depuis le printemps avec au début deux ou trois séances et a  partir de mi-août quelques sorties plus longues puis en septembre trois fois par semaine avec en plus deux trails, Altkirch et la sortie club  , puis une  fin de  préparation a été tronquée   , comme d’habitude …. avec une tendinite douloureuse au tendon d’Achille quinze jours avant la course. Donc rien les deux dernières semaines et des séances d’ondes de chocs chez le kiné .

Amsterdam est la maintenant …son parcours fait de grandes avenues avec environ une quinzaine de km le long d’un grand canal dans la campagne, qui arrive très rapidement en sortant se la ville  .

Le grand moment de ce Marathon a été l’entrée dans le stade Olympique !

 

 …  puis…. au 35ème  … la blessure  : un  claquage de mon mollet ! avec le sentiment immédiat que c’était sérieux et que je ne pourrai pas continuer. Abandon. Emoticone smileys smilies Tristesse Gratuits

N’ayant pu allé au bout… cause de blessure ,  j’ai pu tester le service médical et de rapatriement : Là je dois dire que c’était un peu long  entre le moment où je me suis arrêté sur le parcours et le moment où j’ai pu quitter la zone médicale avec les masseurs à l’arrivée , il a dû se passer entre 3 et 4 heures. J’ai eu un peu froid jusqu’à ce qu’ils m’apportent enfin mes affaires pour me changer…
 

Partons maintenant un peu plus au sud avec le….

                   Marathon de Porto  !!!

Résultat de recherche d'images pour "marathonde Porto"

une belle « ballade » pour nos représentantes

  

Hélène et Maryline nous  raconte   :

je peux dire que c’était une épreuve riche en émotions  !! Autant de préparation et la famille qui se déplace jusqu’à Porto, ça met une sacré pression !

Comparé à mon précédant et premier marathon, où la prepa a été faite durant l’été, cette fois-ci, c’était bien plus agréable…

Même si je me sentais étonnamment assez détendue avant le départ, je démarre la course sur un joli parcours mais un peu long moralement…beaucoup d’allers-retours et de longues lignes droites…

j’ai eu  du mal à m’y sentir très sereine, car mon corps me fait éprouver d’étranges sensations… je crois finalement que les journées de tourismes précédentes se sont un peu fait sentir dans les cuisses ! mais que d’émotions autour du 30 eme km, un passage dans un tunnel, avec de la musique et des écrans montrant des coureurs ! 
et  un beau regain d’énergie au 33 eme…  et ma sœur qui  m’ accompagne sur le dernier kilomètre, c’était intense !

Je me suis sentie planer quelques jours ensuite, je ne suis peut-être pas encore redescendue… 

Hélène .

 

*********

Maryline :

Avec une préparation beaucoup plus agréable que pour mes 2 autres marathons  bonne  météo  teaming…. Bref j’arrive le jour J dans un bon état d’esprit et le corps en forme ! 

Le parcours était sympa, avec quelques (beaucoup même) pavés et du faux plat…merci l’entrainement trail !

Et puis arrive le passage  sous un tunnel au 30 km qui tout comme Hélène qui provoque l’émotion  , les larmes (et oui comme d’hab), on se regarde avec Hélène et on réalise ce que nous faisons : UN MARATHON !

au  39ème km, tu sais que ton marathon est fait, mais il te reste encore un peu d’effort à donner alors il faut trouver le mental ! Et il était au rendez-vous (heureusement pour lui !)
J’étais la reine du monde ! Tout se mélange et tout explose ! Un marathon c’est vraiment un ascenseur à émotions !
Faire un marathon n’est pas une histoire de chrono, mais un dépassement de sois et c’est une grande fierté de passer sous l’arche d’arrivée !
record personnel de 20 mn en moins ! tout comme Helene…
Lors de ce marathon la ….Nous avons été traitées comme des championnes olympiques, du retrait du dossard au ravito de l’arrivée !

Bravo a tous d’avoir participé a ces 2 Marathons de fin d’année et d’en avoir partagé vos différentes visions/ expériences .

10 KM de Colmar

4 Membres du cgfm ont participé a cette epreuve 2019   :

Tristan /Mathieu/Donata/André .

416 eme  : Tristan en 47:05

qui nous raconte son 10 bornes  :

Après mes contre performances sur semi marathon (coup de chaleur à Belfort) et sur 10km (chrono décevant a PSA) j’ai décidé de m’aligner au 10km de Colmar. Aucun objectif de chrono précis, j’espère retrouver des sensations et si mes jambes me le permettent essayer de faire un chrono dans les 48’ (mon record est de 47’30). La météo s’annonce maussade et au réveil j’ai des douleurs aux jambes, ça s’annonce compliqué ! A 11h le départ est donné, il s’agit de plusieurs boucles dans le centre historique de Colmar et avec des faux plats descendants. Les sensations sont bonnes et l’allure aussi je grappille des places et je remonte petit à petit. Je passe a mi course en 23’32 tout va bien. Au 7me km je sais que si je ne craque pas j’atteindrai l’objectif mais je commence à être dans le dur, heureusement le ravitaillement arrive ! Je retrouve des jambes plus légères et la je réalise que mon record perso est jouable, ca se jouera au mental qui m’a tellement fait défaut cette année… mais pas cette fois ci, je veux mon chrono et je remet des petites accélérations. Je serre les dents au 9me, j’entends le public « plus que 300m ». Un jeune lance un sprint et je fonce avec lui sans réfléchir jusqu’à l’arrivée, sprint sur un rythme de 20km/h et je franchis la ligne en 47’05 ! Je viens d’améliorer mon record alors que j’étais juste en quête de sensations ! J’ai réussi à améliorer tous me records cette année (du 5km au semi) et je suis devenu marathonien, le travail a payé et la boucle est bouclée !

Tristan

613 eme
 Matthieu V.  en 51:47

640 eme
Donata ( nouvelle  recrue 2019/2020 ) avec un temps de  52 mn 33s

ses quelques mots  :

Quand je suis partie pour la course, je me suis fixée un objectif : le faire en 55 minutes. A ma grande surprise j’ai réussi à faire mieux et cela, grâce en particulier aux entraînements avec le club.

     

Bravo Donata pour cette belle première course sous les couleur du Cgfm et surtout avec la belle surprise de réaliser mieux  que l’objectif prévu ! 

954 eme 
 Andre V.  en  1:03

une photo des 3  » inséparables  » sur ce 10 km de Colmar .

 

 


	

les 100 km d’ Amiens .

 

Le CGFM au championnat de France de 100kms

Etant Ultra traileur Jean -Paul a  choisi la plus grande distance  …!

Normal et 

Amiens, le 12 octobre 2019.

le reçit de son cent bornes : 

06h30. C’est parti pour une longue journée avec un objectif que j’ai en tête depuis maintenant longtemps : finir en allant titiller les 10h. Je pars donc sur le rythme prévu de 11km/h, avec les pauses « pipi » et ravitos (je n’ai pas d’accompagnateur vélo comme beaucoup de concurrent) cela devrait le faire si je ne craque pas…
J’ai de la chance avec le temps, ce n’était pas gagné une semaine avant, c’est bon pour le moral.
Le parcours est magnifique, le long de la Somme, ses marais et ses célèbres hortillonnages. Un marathon est aussi organisé, un bon plan pour l’avenir pour « faire un chrono » si le temps y est, il faudra y penser….
Je passe le premier marathon en 3h52′, tout est Ok. Le second juste en dessous de 4h, ça devient très difficile (« mur des 80kms » oblige). Il reste une quinzaine de kms et il faut tenir, il faut lutter contre l’envie de marcher mais l’objectif est encore réalisable.
Je passe les 90kms, maintenant je suis sûr de finir même en marchant. Reste à essayer de maintenir le rythme, je double pas mal de coureurs qui marchent, cela me motive. Finalement je me fais « plaisir » sur le dernier km en-dessous des 4’30 » grâce aux encouragements du public.
Finalement 9h32′, objectif largement atteint. Une 57ème place au scratch et 14ème place dans ma catégorie.

Jean-Paul .

100  (km) fois Bravo  Jean – Paul  pour cet exploit personnel réussi ! 

Super !

une nouvelle race de coureur longue distance Hybride est née ! !!!

 

Trail Urbain de Mulhouse

Ce  6 Octobre 2019  avait lieu le  :

Une bonne vingtaine de  nos membres de nos membres était au départ de cette édition 2019 !

et a cela  faut rajouter le nombre considérable de bénévoles CGFM organisation , parcours .   Merci a eux avant tout  !

Classement CGFM urbain trail :

une très belle 30 eme  place pour Laurent en 00:52:17 !

cela  mérite bcp d’applaudissements ! 

suivi de :

168 eme Pierre en  01:00:06 !

qq mots de Pierre :

« Pour ma première participation au GMTU, je me suis lancé à l’aventure sans réel objectif, si ce n’est celui de terminer la course « satisfait » de moi et sans être à l’agonie.
L’objectif est donc atteint ! Les deux reconnaissances sous la houlette d’Eric et du CGFM m’ont aidé à anticiper les difficultés et à ne jamais me mettre dans le rouge.
La météo n’était pas au beau fixe, mais je n’y ai plus fait attention une fois dans la course. J’ai apprécié le parcours varié qui ne laisse aucune place à la monotonie.
Cette variété et cet équilibre entre difficultés, montées, plats et descentes m’a aidé à faire un chrono au-delà de mes espérances, sans même que j’ai eu à y penser ! » 
Pierre en noir au  milieu des verts….

180 eme  Chantal  01:00:36 et bien sur  première V3F !

cela mérite bien une énième coupe ! Bravo Chantal !
199 eme Eric  01:01:18
290 eme Matthieu V .   01:05:20

 

335 eme Melanie 01:06:50

 

 

336 eme Fadma  2 eme V3F   01:06:51 !

encore un podium ! Bravo Fadma !

 

366 eme Muriel B. 01 : 08 : 01

450 eme Donata  01:10:23
454 eme Tristan en  01:10:33


458 eme  Jean-christophe  01:10:44 ( et sa  fille  ! )

             

484 eme  Coralie 1: 11: 58  !

 pour une nouvelle recrue + 1er trail urbain c’est un super temps ! 

500 eme Martine D . 01:12:35

501 eme  Estelle B .  01:12:37

507 eme Yasmina 01:12:52

Pour moi ce fut une belle surprise. Le temps n’était pas forcément au beau fixe mais la pluie ne m’a pas trop gênée. C’était très agréable de courir dans sa ville. Connaître les lieux m’a permis de mieux gérer ma course. Le plus difficile a été les passages « des escaliers » et du champ de maïs. On a été chaudement encouragés par les quelques spectateurs disséminés tout au long du parcours, par tous les bénévoles et par des supporters du club. Bref super parcours et super organisation !
Merci à tous. 
 Yasmina .

 

516 eme Muriel R 01:13:10

517 eme  Sarah  01:13:13

525 eme Charlotte 01:13:39

 
526 eme et dans le même temps  Marine  01:13:39

qui améliore  son temps 2018  de 4 mn !

Bravo Marine !

531 eme Najate 01:13:49
543 eme  Estelle U .   01:14:18
579 eme  Petra   01:16:33

597 eme Dominique   01:17:33

704 eme  André  01:30:12

Bravo a tous pour cette edition 2019  !!!

encore un Super Bravo a tout les bénévoles de cette epreuve  ou comme d’habitude et a son habitude le CGFM   était très largement représenté !

Sans eux  ….. rien ne serait possible  !

Le Lion Belfort / Montbeliard

 

ce même week end  du 29 septembre …

Maryline , Céline , Tristan ,et André ce sont  attaqué au Lion  !!!

heureusement pas l’inverse ….

La belle surprise de Maryline  :

« Au départ j’avais une sortie longue de plus de 2h à faire dans le cadre d’une préparation marathon, et ce semi tombait bien ! Je vais donc au départ l’esprit léger et sans stress, juste pour courir avec 1800 coureurs (et seulement 426 femmes)  !
Au 5ème km je réalise que je suis un peu trop rapide, il faut ternir les 16 autres km, donc je lève le pied.
Tout se passe bien, le souffle est là, le cardio est stable, les jambes tournent bien, j’avance sereinement !
Je profite du soleil, de la foule…bref je m’amuse !
le 20ème km s’annonce, je regarde ma montre et je n’en crois pas mes yeux, mais quel chrono ! Je passe la 5ème vitesse et fonce sur la ligne d’arrivée !
Le petit groupe d’amis m’attend sagement à 500 mètres avant l’arche d’arrivée et une amie m’escorte même jusqu’à la fin ! Je passe cette ligne avec un énorme sourire car je viens de terminer en  2h02 (au réel) je viens de gagner 3 minutes sur mon meilleur temps !
Le lion restera pour moi une très belle course, une météo au top, des encouragements tout le long du parcours, et une vraie course plaisir ! »
Maryline .

Le récit de Céline  :

La course s’est déroulée en 3 phases:
1/ rapide pour rattraper le meneur d’allure « 1h45 »: environ 5km à 4,2-4,3min/km.
2/grosse partie de la course devant le meneur d’allure: environ 13km à 4,7min/km.
3/  baisse de régime sur les 3 derniers km due à un terrible ennui et un raz le bol de la route: environ 5,1-5,2min/km.
Ma montre m’indique une allure moyenne de 4,57.
Je me suis bien sentie tout au long du parcours si ce n’est cette mentalité semi qui ne me convient pas (seul le chrono compte, aucun savoir vivre avec peu de respect pour les bénévoles….) et l’ennui qui l’emporte au final sur le physique. 
Heureusement le public et les bénévoles assurent une ambiance joyeuse tout au long du parcours, ce qui représente pour moi le plus grand intérêt de cette course.
Je referme ma parenthèse « route ». Vivement mon prochain trail😀
 (notre traileuse sur un semi ?) qui termine en 1h44 mn !
Céline HEINTZ
 il y avait également :
Tristan en 2h00 et André en 2h36.
 Bravo a tout nos 4 concurrents d’avoir tenu tête  au Lion 2019 !
 prochain article :  trail urbain de Mulhouse .

l’Ultra Baptême de Michael !!!

 

Même avec une cheville délicate …. il s’est attaqué a un grand défi :

 l’infernal 120   , pour devenir ULTRA  TRAILEUR  ….

 Le recit de son aventure : 

 

Après un trail de Vallée des Lacs réussi, je voulais tenter de passer la barre des 100km. Plus de place au trail du HK donc je me lance et m’inscrit sur l’Infernal 120 (122km/5700D+). Je me souviens bien de notre sortie club d’il y a quelques années et mon abandon sur le 60km (et surtout d’avoir loupé la visite de la brasserie du coup…)

Malheureusement, je trouve le moyen de me faire une entorse à la cheville à 10 jours du départ…en jouant au foot…

Le jeudi, un tour chez l’ostéo qui me donne son feu vert. Si je strap bien, pas de raison que ça ne tienne pas, mais avec un risque de compensation. Au pire, si trop douloureux, j’arrête.

Samedi, départ 6h du matin, beau temps de prévu bien qu’un peu chaud.

Je retrouve avant le départ Harry Ratsirahonana et David Adam de Mulhouse of Running et je pars avec eux, mais je les laisse filer rapidement, pas envie de me griller en étant en sur-régime. Le jour se lève, c’est beau, tout se passe tranquillement et surtout, pas de douleur à la cheville.

Je double Harry à la sortie du premier ravito (20km), il a pas l’air au top. J’ai un petit coup de mou pendant quelques km mais ça passe et je peux savourer une belle course avec de beaux « singles ». J’arrive à Cornimont, au 50ème, sans problème mais avec la chaleur, je me prends un coup de chaud et hypo qui me cloue avant la remontée. Je me pose, je bois, une pomme pote et on repart au mental en me disant que la première base de vie est à quelques kilos (58km). J’y arrive et je me refait tranquillement, merci la soupe aux vermicelles et le coca (que je prendrais sur chaque ravito jusqu’à la fin)!

Je repars de l’Ermitage Frère Joseph pour la section avec une remonté de piste noire! Quand on a pas trop de dénivelé, on a de la créativité 🙂

Tout va bien sur la suite, juste une petite douleur au niveau du genou opposé de ma cheville qui se réveille, mais rien de méchant. Je croise David au ravito suivant, avec qui je papote un peu. Il me demande si je veux repartir avec lui mais je préfère prendre mon temps. Boire et manger correctement est plus important que de repartir vite ou en bonne compagnie.

Mais au 80ème, en haut d’une montée, je sens l’hypo. Je me pose, je me couvre pour éviter de prendre froid, je n’arrive pas à me faire manger. Je bois du sirop d’orange que j’avais pris au dernier ravito en espérant que ça fonctionne. Je me lève, je fais 3 mètres, et je VOMIS! Et oui, j’ai une réputation à tenir quand même 😛 Mais ça m’est bénéfique, et je me traine au ravito suivant sans soucis pour me refaire à nouveau.

Pas de problème particulier pour rejoindre la deuxième base de vie au km96, outre ma douleur au genou qui s’intensifie. Mais la nuit est belle, les gens sont sympas, les bénévoles extraordinaires.

Je repars après avoir mangé des pâtes bolo et retrouve très vite un gars qui était à coté de moi à table, un breton vivant à Chambéry. Venant de Savoie et ayant vécu en Bretagne, on passera une vingtaines de km à échanger en toute simplicité. Le trail, c’est aussi de belles rencontres. Je tire notre petit groupe sur un rythme agréable et on arrive au dernier ravito au km 107.

A ce stade, mon genou commençait vraiment à être douloureux et j’avais rejoins le ravito en courant mais en évitant de plier trop le genou.

On repars tous les deux, le moral au top, car on sait que ça va le faire. Mais dans la descente, tout s’empire. D’abord je ne peux plus courir mais encore marcher vite mais arrivé en bas sur le bitume, tout coince. Pour compenser de mon genou qui tue, j’ai du surcompenser de l’autre coté ce qui réveille ma douleur à la cheville et à la hanche. Bienvenu dans The Walking Dead!

Pierre LeBreton (oui, c’est le nom du breton) veux rester avec moi mais je lui dis de partir, ça ne sert à rien. Je vais finir et je préfère qu’il essaye de finir la course en moins de 24h (il terminera en 24h01…).

Alors là, ça a été les 8km les plus dur de ma vie de coureur, mais le mental ne lâche pas. Je marche difficilement, un pas après l’autre, pour rejoindre St Nabord et quand je vois la ligne, les larmes me viennent. La douleur, la fierté, le soulagement, le bonheur…de l’émotions à l’état pure! 

Je passe la ligne en 24h36, 137/252 arrivants (400 inscrits).

C’est bon, je suis rentré dans le monde des ultra-traileurs :

Michael .

**********************************************************************

un ULTRA BRAVO  pour Michael qui est allé au bout de lui même !

même au delà …

                  Super Michael  

                       respect              .